ALERTE: secret des affaires !

Rédigé par Pierre le 17 juin 2015

LOI SUR LE SECRET DES AFFAIRES

Les députés européens ignorent 300.000 signatures des citoyens qu'ils représentent. Agissons !

La démocratie à nouveau gravement attaquée au bénéfice des lobbies industriels

Pour lire le document d'Elise Lucet et la vidéo, voir :

ICI  et la vidéo 

Classé dans : Société, Politique, Alerte ! - Mots clés : Démocratie, République - aucun commentaire

PETITS ECHOS DES MUNICIPALES 2014

Rédigé par Pierre le 15 mars 2014

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

JONZAC

 

Claude Belot épinglé par le Canard Enchaîné !

Le fait a été rapporté par Madame Bertin sur son site à travers différents articles  :

 

http://nicolebertin.blogspot.fr/2014/03/claude-belot-senateur-maire-de-jonzac.html?utm_source=BP_recent

 

 

«Le Canard Enchaîné disparaît des écrans radars» :

 

http://nicolebertin.blogspot.fr/2014/03/jonzac-le-canard-enchaine-disparait-des.html?utm_source=BP_recent

 

 

«Il ne faut pas prendre les enfants du Bon Dieu pour des canards sauvages»:

 

http://nicolebertin.blogspot.fr/2014/03/jonzac-cest-la-danse-des-canards.html?utm_source=BP_recent

 

Un journal d'information diffusé sur France 3 le 12 mars dernier a donné la parole à Claude Belot et Jack Ros, dont la liste a été mise en cause par le sénateur-maire-président de la CDCHS :

 

http://www.jackros-jonzac.com/journal-regional-fr3-poitou-charentes-edition-atlantique-12-03-2014/

 

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

MONTENDRE

 

Lors des élections municipales, il est très courant que se constituent des listes regroupant des citoyennes et des citoyens représentant différentes sensibilités politiques, sans que cela choque qui que ce soit . Les listes en question ne se réclament donc pas d'une étiquette politique déterminée, mais simplement d'un projet de gestion pour la commune concernée.

 

EN REVANCHE, que sur un site consacré aux communes de France, un maire dûment encarté à un parti politique s'annonce SANS ETIQUETTE , cela est plus que surprenant

Et pourtant, cela existe :

 

http://www.mairie.biz/mairie-montendre-17130.html

 

ETONNANT, NON ?

LES «CAMARADES» DE CE MAIRE-CONSEILLER GENERAL-VICE-PRESIDENT DE LA CDCHS VONT CERTAINEMENT ETRE FLATTES !

 

Dernière minute

La cagouille, très attachée à une information objective, a voulu vérifier si cette situation était propre uniquement à Montendre

Stupeur!

Montlieu, Montguyon, Pons, Saintes...et même Lyon et Marseille, d'après ce site, possèdent un maire sans étiquette !

Parmi les mairies consultées, seule celle de  Paris, toujours d'après ce site, s'honore d'un maire étiqueté !

Classé dans : Société, Haute Saintonge - Mots clés : République, Démocratie - aucun commentaire

MUNICIPALES 2014 ET DROITS DE L'HOMME

Rédigé par Daniel Fradon le 13 mars 2014

 

 

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-


 


 

 

 Certains élus ont affiché dans leur mairie la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789

En rapport avec l’actualité liée aux élections municipales, il m’a semblé opportun de rapporter le préambule de cette déclaration et trois de ces articles expliqués dans le blog de Jérôme Coudurier-Abaléa.  


 

Préambule

Les Représentants du Peuple Français, constitués en Assemblée Nationale, considérant que l'ignorance, l'oubli ou le mépris des droits de l'Homme sont les seules causes des malheurs publics et de la corruption des Gouvernements, ont résolu d'exposer, dans une Déclaration solennelle, les droits naturels, inaliénables et sacrés de l'Homme, afin que cette Déclaration, constamment présente à tous les Membres du corps social, leur rappelle sans cesse leurs droits et leurs devoirs ; afin que leurs actes du pouvoir législatif, et ceux du pouvoir exécutif, pouvant être à chaque instant comparés avec le but de toute institution politique, en soient plus respectés ; afin que les réclamations des citoyens, fondées désormais sur des principes simples et incontestables, tournent toujours au maintien de la Constitution et au bonheur de tous.

En conséquence, l'Assemblée Nationale reconnaît et déclare, en présence et sous les auspices de l'Etre suprême, les droits suivants de l'Homme et du Citoyen. »


 

Ce préambule pose d'emblée un principe : tous les problèmes, toutes les difficultés politiques, proviennent d'une seule cause : "l'ignorance, l'oubli ou le mépris des droits de l'Homme". Si les droits de l'Homme étaient respectés, la société ne connaîtrait plus de malheurs ni de dissensions. Aussi convient-il d'énoncer ces droits pour que les personnes qui exercent effectivement le pouvoir ne puissent pas prétendre les ignorer, et pour que les citoyens puissent contrôler la conduite de leurs gouvernants par rapport à cette déclaration et, le cas échéant, la juger. Si cette condition est remplie, alors il en résultera "le bonheur de tous", but ultime de toute organisation politique. Insistons : de tous. Pas de la seule majorité. Le préambule s'achève sur une invocation de "l'Etre suprême", directement inspiré de la "religion naturelle" de Rousseau. »

 

   

Art. 2 .

Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l'Homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté, et la résistance à l'oppression.


 

Le préambule nous prévient : d'aucuns peuvent "ignorer", "oublier" ou "mépriser" leurs droits - raison d'ailleurs pour laquelle les "déclarer" s'avère nécessaire. Il convient d’enseigner aux individus quels sont leurs droits, les leur rappeler et les leur faire aimer : tel est le but de toute association politique - à commencer par le gouvernement, bien sûr, mais aussi les partis.

Parmi tous les droits de l'Homme, la liberté, la propriété, la sûreté (la sécurité physique) et la résistance à l'oppression forment en quelque sorte une catégorie à part. Il s'agit des quatre piliers sur lesquels toute la Déclaration s'appuie, et l'on ne peut en supprimer un sans faire effondrer les trois autres. Les quatre "droits naturels et imprescriptibles" s'avèrent indissociables les uns des autres. En méconnaître un, c'est les détruire tous, et verser dans la dictature.


 

Art. 3.

Le principe de toute Souveraineté réside essentiellement dans la Nation. Nul corps, nul individu ne peut exercer d'autorité qui n'en émane expressément.


 

Toute autorité politique émane de la Nation entière, c'est-à-dire du peuple souverain. Ce point entraîne des conséquences capitales. Par exemple, tel député de droite élu dans une circonscription du Gard n'est pas le représentant de la majorité qui l'a porté au pouvoir, ni du parti dont il porte l'étiquette, ni de la collectivité territoriale dont il a remporté les élections, mais il représente le peuple français dans son ensemble : de la majorité comme de la minorité, de droite comme de gauche, du Gard comme du Nord, du Bas-Rhin ou de la Vendée. Chaque député est représentant de la Nation : de la sorte, si jamais un attentat mettait à mort la majorité des députés, les survivants, même s'il n'en reste qu'un, jouissent de tout le pouvoir de l'Assemblée nationale pour voter des lois et exprimer la volonté générale. On souhaiterait que tous nos élus soient bien conscients de ce principe.

 

Art. 15.

La Société a le droit de demander compte à tout Agent public de son administration.


 

Aucun agent public n'est au-dessus du contrôle des simples citoyens. Même le Président a des comptes à rendre à la Nation quant à ses objectifs et ses méthodes dans l'exercice de ses fonctions.


 

-o-o-o-o-o-o-o-


 

Chacun d’entre nous devrait comprendre que la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen ne doit pas être qu’un décor de papier mais un idéal à atteindre. Ses dispositions sont de droit positif et se placent au sommet de la hiérarchie des normes.


 

 

Classé dans : Société, Montendre - Mots clés : République, Démocratie - 3 commentaires

LES CAHIERS DE L'ESPOIR

Rédigé par J-P Négrel le 12 décembre 2013

 

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

 

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

 

 

Astérix et Obélix eux-mêmes l'auraient certainement déclaré : «il est fou ce Béarnais! »

Jean Lassalle, 58 ans et papa de 4 enfants, 20 kilomètres à pied par jour, 9 mois de ballade.

Des centaines de Françaises et de Français de la base rencontrés.Ce député lui-même issu de cette même base, habitué à la vie rude , n'a pas hésité à parcourir plus de 5000 kms à pied pour aller écouter ses compatriotes sur le terrain. On ne dit pas combien de paires de chaussures il a ainsi usées.

Grâce à ce long  et courageux voyage pédestre, Jean Lassalle a pu rapporter les «Cahiers de l'espoir»,lointains cousins des cahiers de doléance de 1789,

Et que contiennent donc ces fameux cahiers ? Quelles sont les conclusions que Jean Lassalle tire de ce périple hors normes ?

Elles sont des plus préoccupantes, mais n'étonneront certainement pas les lectrices et les lecteurs de la cagouille, qui eux-mêmes s'interrogent sur leurs problèmes quotidiens et autres sujets de société, et le font savoir dans leurs commentaires.

 

-o-o-o-

 

Car l'étrange gastéropode veut lui aussi donner la parole à tous ces gens «de la base» qui n'osent ou ne peuvent s'exprimer ailleurs, c'est à dire à vous toutes et à vous tous, amies et amis cagouillardes et cagouillards. L'étrange gastéropode préfère que vous lui écriviez plutôt que d'aller à votre rencontre. Car imaginez le temps qu'il lui faudrait pour parcourir plus de 5000 kilomètres !

 

Prendre la parole, c'est aussi prendre un pouvoir. Celui qui vous est , qui nous est quelque peu confisqué par certains élus «de métier» qui, du haut de leurs tribunes, souvent, pensent plus à leur prochaine ré-élection, à leur carrière et leur promotion personnelle et celle de leur entourage qu'à celle de notre républicaine Marianne épuisée,assourdie par le son creux de la langue de bois de ces «professionnels de la politique».

 

Bien évidemment, la cagouille ne fait pas ici allusion à ces modestes maires de nos petites communes rurales qui ont bien du mérite et souvent bien peu de moyens, et dont l'action a bien plus à voir avec le dévouement qu'avec la promotion personnelle.

 

Ce n'est pas le cas de communes plus importantes que l'on connaît bien, dont la cagouille parle de temps en temps. Car là, on s'accroche aux branches à chaque élection municipale, on se cramponne en équipe pour conserver les privilèges de la fonction. Mais cela, la cagouille en reparlera avec votre concours à toutes et à tous à la faveur des prochaines élections municipales.

 

-o-o-o-

 

Cette petite digression est-elle hors sujet ? Il ne semble pas, car d'après les Cahiers de l'Espoir de Jean Lassalle, entre autres choses,nous sommes toutes et tous persuadés de ne pas être écoutés ni entendus par les élus de tous niveaux. Le député Béarnais parle de «colère, désespoir, résignation», et d'après lui, «il est minuit moins cinq». L'allusion n'est pas vraiment réjouissante, car elle évoque une situation « pré-révolutionnaire»

 

Souhaitons que le diagnostic soit faux, car les révolutions chez nous,c'est historique, font souvent plus «trinquer» des innocents que les vrais responsables...Ne désespérons cependant pas.Espoir il y a puisque les cahiers de Jean Lassalle l'évoquent clairement. Oeuvrons tous plutôt pour une révolution pacifique, républicaine, laïque, sociale et démocratique !

 

 

 

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

LIENS

http://www.ledeputequimarche.fr/blog/arrivee-14-et-15-decembre-paris/

 

 

http://www.liberation.fr/politiques/2013/12/11/le-depute-jean-lassalle-est-arrive-a-paris-bouclant-son-tour-de-france_965806

 

 

 

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

 

 

Classé dans : Articles les plus lus, Société - Mots clés : Démocratie, République - 2 commentaires

LA REPUBLIQUE DES TROUILLES

Rédigé par J-P Négrel le 25 mars 2002

 

 

Estimé lecteur, cher concitoyen mon frère (ou ma sœur), ne sois pas trop déçu, il ne sera pas question ici d’insécurité…mais de l’horrible, de l’incroyable, de la lâche trouille citoyenne qui , de bas en haut et de haut en bas, angoisse et mine notre pauvre Marianne...et nous avec ! 

Trouille électoraliste de nos gouvernants qui n’osent pas mettre en chantier de vrais réformes : Etat, retraites, fiscalité, éducation, santé, fracture sociale, etc…au cas où, en cas que…

 

Trouilles des mêmes, impuissants face au fric qui s'évade, et que l'on n'ose pas taxer, dans un contexte de corruption mondialisée.

 

Trouille chronique de l’élu provincial, qui n’ose pas trop « chatouiller » son concurrent, au cas où, en cas que…dans le cadre d’un consensus mou local, ou d’un partage discrètement convenu des postes entre les étiquettes, le tout étant souvent baptisé tolérance, pour faire humaniste, ou pacte républicain, pour faire...républicain.

 

Tant que nous sommes en province, trouille devant certains maires,  à cause de la subvention réclamée ou pire, des miettes de la survie sollicitée, que sont les CES, CEC, et autres emplois jeunes. Pression exercée par l'Edile Suprême par le biais du poste attribué ou pas, du fait de sa bonne grâce, au fiston,au papa ou à la cousine. Chantage au gagne-pain, à la misère et à la précarité, par clientélisme électoral et absolutisme local.

"Tu la fermes, et tu applaudis, ou bien..."

 

Trouille politique des mêmes maires (et non pas des mémères, qui elles, gâtées, ont droit une fois par an au banquet et aux petits soins hautement désintéressés des mêmes maires et de leurs dévoués affidés), pour accorder leur signature aux « petits» candidats à la Présidence. Au cas où, en cas que…

 

Trouille administrative de l’administré face à son administration ou ses instances locales. Au cas où, en cas que, on ne sait jamais…Il est vrai que devant la nature parfois surprenante des réactions suscitées lorsque l’on souhaite simplement s’informer sur la logique de certaines décisions ou de l’usage de nos sous, la démarche s’apparente au défi, à la provocation, à l’indiscrétion, et même à la subversion !

 

Trouille scolaire des parents d’élèves, devant l’inoxydable, l’imperturbable indifférence des responsables de l’Education Nationale, face aux vrais problèmes qui sont éternellement posés tout au long du cursus : cantine, horaires, défaillances pédagogiques, voire désinvolture sans risque de certains enseignants (nous disons bien certains enseignants seulement, il faut bien préciser qu'il ne s'agit pas de la majorité des enseignants,, sinon, bigre ! nous risquons quelques « allègres» réactions) .

 

Trouille rétrospective de l’auteur de ces lignes ( bon sang, mais qu’est-ce qu’il m’a pris d’écrire tout ça ?) Après cette prise de risques inconsidérée, restent les ultimes questions. Finalement, toutes ces trouilles ne seraient-elles pas les filles naturelles issues d’amours inavouables entre la pensée unique, le «politiquement correct », ou le conformisme obséquieux ? Allez donc savoir…

 

Et la République des trouilles, est-ce bien encore la République tout court ?

 

Jean-Paul Négrel

Classé dans : Société - Mots clés : République - aucun commentaire

Derniers articles


Derniers commentaires


Catégories

Archives

Mots clés