LE DEUIL ET L’OUTRANCE

Rédigé par JP Négrel le 15 septembre 2008

Salut l’Abbé ! On vous aimait bien, vous savez. Brel l’aurait chanté. Et vous auriez peut-être poursuivi par « j’veux qu’on rie, j’veux qu’on danse, quand on me mettra dans l’trou » 
Non, on ne rie pas, on ne danse pas durant cet hiver dans les rues glaciales de cette France du XXIe siècle. Cette France qui n’a jamais été aussi riche. Et ces Français qui, depuis bien longtemps, n’ont jamais été aussi nombreux à être aussi pauvres. 

Lire la suite de LE DEUIL ET L’OUTRANCE

Classé dans : Société - Mots clés : Humaniste - aucun commentaire

ALTER HUGO

Rédigé par Jean-Paul Négrel le 21 septembre 2004

Qui donc est cet homme qui s'avance vers nous ? Petit gilet noir sans manches, pantalon noir, chaussures noires, chemise immaculée, abondante chevelure neigeuse, visage encadré d'une barbe blanche de bon patriarche. Serait-ce lui soudain revenu sur cette terre de misérables qu'il a tant décrite, en ce monde de souffrances qu'il a tant écrit ? Cet homme, non , bien sûr ce n'est pas Victor Hugo, immortel dans nos pensées, mortel malgré tout.

La formule est de lui, Gérard Berliner se présente comme une sorte d'"alter Hugo". Il s'identifie tellement bien à notre grand homme, que l'on se laisse prendre avec délectation au charme du voyage imaginaire. Durant presque 2 heures , Hugo nous raconte sa vie, épisodes de passions, d'engagements politiques, de combats humanistes, de drames personnels, entrecoupés de textes hugoliens mis en musique avec talent par Gérard Berliner. Hugo visionnaire, qui voit déjà des états unis d'Europe enfin apaisés, avec monnaie unique. Hugo l'humaniste qui dénonce inlassablement la misère , ses causes et ses conséquences : "c'est de l'enfer des pauvres qu'est fait le paradis des riches…les gouvernements font des lois contre l'anarchie, qu'ils en fassent contre la misère" Misère enfantant parfois le crime, dont il voit aussi l'origine dans l'ignorance, se prononçant au passage contre la peine de mort : "au lieu de couper des têtes, remplissez-les…ouvrez une école, vous fermerez une prison".Il rappelle la responsabilité partagée collectivement: "l"éducation, c'est la famille qui la donne;l'instruction, c'est l'Etat qui la doit" ajoutant en laïc "l'éducation peut être religieuse, mais l'instruction, c'est l'Etat qui la doit".

Victor Hugo ne se contente pas d'être très sensible aux charmes des jupons féminins. Il défend la cause des femmes, l'égalité de leurs droits, leur accès au suffrage universel. Sans oublier les enfants, dernier maillon, but suprême de la trilogie familiale hugolienne. Il milite pour la proclamation des droits de l'enfant. Pour Hugo, le combat politique est indissociable du combat de l'humaniste.

"Le Peuple est un silence" déclarait Hugo qui s'efforça de l'écouter toute sa vie. On est tenté de le paraphraser en déclarant à contrario "le Peuple est souvent un cri de détresse que l'on n'écoute guère".

Victor Hugo,un homme qui fut autant haï qu'admiré, parce qu'engagé contre les mensonges de la société, les privilégiés bien-pensants et les despotismes. Rassurez-vous, gardez la foi, hommes de la même trempe, Hugo l'a dit, persévérant jusqu'au bout: "s'il n'en reste qu'un, je serai celui-là!…" Car son combat, le nôtre collectivement, demeure inachevé.

Victor Hugo, monument impossible à résumer en quelques lignes ou quelques heures, Gérad Berliner le fit revivre un instant ce samedi là au Casino de Jonzac, avec passion devant un public souvent porté par l'émotion. Il en fut remercié par de chaleureux applaudissements auxquels se joignirent sans réserve Monsieur Claude Belot et Madame présents parmi les spectateurs.


Jean-Paul Négrel

Classé dans : archives, Haute Saintonge - Mots clés : Humaniste - aucun commentaire

Derniers articles


Derniers commentaires


Catégories

Archives

Mots clés