30 AVRIL 2006, JOURNEE DE LA DEPORTATION, histoire d'une plaque du souvenir occultée

Rédigé par J-P Négrel le 30 avril 2006

 

 

 

- o - o - o - o - o - o - o - o -

 

 

C’est la journée consacrée cette année au souvenir des Déportés de la seconde guerre mondiale.

 

C’est bien le moins que nous devons à toutes ces femmes et ces hommes à qui nous sommes redevables, notamment, du rétablissement et du maintien de notre (relative) liberté de dire et d’écrire.

Ecrire, nous l’avons fait il y a un an pour interpeller une nouvelle fois la municipalité montendraise sur la question du rétablissement de la plaque dédiée à la mémoire du Déporté Résistant Socialiste Samuel Duménieu, à son emplacement d’origine. Cette lettre ouverte fut adressée à tous les élus municipaux, aussi bien par voie de presse (voir « La Haute Saintonge » N°11 du 18 mars 2005) que directement à la mairie de Montendre (Voir archives 2005) .

Afin de ne pas heurter l’honorabilité de nos Respectables Elus Municipaux, dont nous ne doutons ni des compétences ni du dévouement à la chose publique, ce billet se voulut à la fois humble et circonspect. Il proposait très respectueusement de rétablir cette plaque au moins à proximité de la demeure historique du Déporté Résistant Socialiste Samuel Duménieu.

Nous attendons une nouvelle fois une quelconque réponse.

Mais «perseverare diabolicum»,  nous persisterons donc. La mémoire, lorsqu’elle est cultivée, fait fi du temps. Si l’actuelle municipalité ne souhaite décidément pas prendre en compte cette question de la mémoire collective montendraise, eh bien nous nous tournerons vers celle qui lui succèdera.

 

Jean-Paul Négrel

Contribuable et électeur à Montendre

 

EPILOGUE

Suite à ces différentes interpellations,la montendraise municipalité n'aura aucune réaction, en dépit de la présence avérée en son sein de quelques «frères  maçons» de Samuel Duménieu, par ailleurs «camarades» socialistes, dont leur leader, revendiqué Grand Humaniste !

Cet immobilisme et cette inertie incompréhensibles , cette indifférence et ce mépris inadmissibles de la part d'une municipalité pleinement concernée, motiveront une personne très connue localement, et qui souhaitera conserver l'anonymat.

Etrangère aux familles de Samuel Duménieu, aux loges maçonniques montendraises et à la municipalité locale, elle prendra l’affaire en mains.

Grâce à son action désintéressée au service du devoir de mémoire, la plaque souvenir sera finalement rétablie à son emplacement d'origine par les familles Chiron-Duménieu et Négrel-Ladouce. 

Cette opération sera réalisée en la présence de cette personne, celle des familles citées, et bien sûr celle des nouveaux propriétaires de l'immeuble, avec leur plein accord .

Ces derniers considéreront comme un honneur l'apposition de cette plaque sur la façade de leur maison.


- o - o - o - o - o - o - o - o -

 


 

Lire la suite de 30 AVRIL 2006, JOURNEE DE LA DEPORTATION, histoire d'une plaque du souvenir occultée

Classé dans : Articles les plus lus, Montendre, Haute Saintonge, archives - Mots clés : Déportés, Municipalité - 1 commentaire

LETTRE OUVERTE à MMS LES MEMBRES DU CONSEIL MUNICIPAL ET AU MAIRE DE MONTENDRE

Rédigé par J-P Négrel le 12 mars 2005

Texte intégral du courrier adressé le 12 mars 2005 à la mairie de Montendre.

 

Mesdames et messieurs les élus municipaux,

 

Le 24 avril prochain, nous allons célébrer et honorer la mémoire de celles et de ceux d'entre nous qui, il y a soixante ans et plus, victimes de l'un des plus implacables fanatismes de l'histoire humaine ont été déportés dans des camps et y ont trop souvent péri. Exterminés du simple fait de leur naissance, ou au titre de combattants ou d'opposants au diktat, à l'arbitraire et à l'intolérance dans ce qu'ils ont de plus cruel.

 

Parmi ces héroïques pionniers du progrès humain et de la liberté, parmi d'autres résistants Montendrais, un homme, Samuel Duménieu.

De par une volonté encore incompréhensible, la plaque apposée en son souvenir suite à une décision municipale d'après-guerre sur la façade de ce qui fut sa demeure, là où il organisa la résistance et là où il sera arrêté un matin de 1944, cette plaque a été déposée.

 

L'occasion nous est prochainement donnée de rétablir une part de la mémoire collective de Montendre là où elle doit se trouver.

 

C'est ainsi que je vous suggère respectueusement, soit de faire en sorte que cette plaque puisse retrouver son emplacement d'origine, là où elle se trouvait depuis presque soixante ans, soit de la disposer sur une stèle située sur le domaine public jouxtant ce lieu de mémoire qu'est l'ancienne demeure de Samuel Duménieu.

 

Nous souhaitons tous la victoire éternelle sur l'intolérance, et je suis modestement persuadé qu'en l'espèce, s'agissant de la mémoire de l'un de ces hommes qui s'est passionnément battu dans ce sens, vous apprécierez certainement le bien-fondé de ma démarche.

 

Veuillez agréer, mesdames, messieurs, l'expression de ma haute considération.

 

Jean-Paul Négrel

Electeur et contribuable à Montendre

 

 

 

Ce courrier adressé à la mairie de Montendre (17), publié dans «La Haute Saintonge», est demeuré sans réponse de la part des autorités municipales montendraises.

Classé dans : Articles les plus lus, Montendre, Haute Saintonge, archives - Mots clés : Municipalité, Déportés, Démocratie - aucun commentaire

Derniers articles


Derniers commentaires


Catégories

Archives

Mots clés