CHAMPAGNAC : journée de l'eau et de la nature

Rédigé par Collectif citoyen - 24 mai 2018

Classé dans : Haute Saintonge, Environnement, Consommation, citoyenneté, Ecologie - Mots clés : aucun - aucun commentaire

LES CHANTIERS DU FUTUR : juin et juillet 2018 à Saintes

Rédigé par Collectif citoyen - 23 mai 2018

Classé dans : Société, Haute Saintonge, Environnement, Démocratie, citoyenneté - Mots clés : aucun - aucun commentaire

JONZAC : LE GUIDE DE PROMENADE DE RICHARD BALLARD

Rédigé par J-P Négrel - 29 mars 2018

 

- o - o - o -

 

Amies et amis cagouillardes et cagouillards,votre gastéropode préféré se fait un plaisir de vous informer de la publication de ce «Guide de promenade» à Jonzac, tout à fait original et très agréable à lire.

 

C'est Richard Ballard, un ami anglais, ancien professeur d'histoire, amoureux de la Saintonge en général et de Jonzac en particulier, qui l'a créé et illustré de ses propres dessins, avec enthousiasme, talent et originalité.

 

Pour sa documenration, il se félicite d'avoir bénéficié de la complicité active de James Pitaud et de celle de Marc Seguin, qu'il remercie . Sans oublier la documentation fournie par l'ouvrage collectif « La Haute Saintonge » de François Julien-Labruyère et Jean-Lous Neveu, accompagnés de nombreux auteur(e)s (*)

 

Les illustrations colorées de Richard Ballard communiquent à l'ouvrage une atmosphère très sympathique, qui donne à cette visite de Jonzac un côté convivial très agréable.

 

A la lecture de cet album, on apprend des choses surprenanres. Saviez-vous, par exemple, que dès 1878, c'est-à-dire quatre ans avant les lois de Jules Ferry, l'instruction publique gratuite dans les écoles primaires fut instituée à Jonzac sur l'initiative du maire de l'époque, Etienne Gautret ? (voir p. 17).

 

Quatre itinéraires pour découvrir ou redécouvrir Jonzac d'une manière originale.

 

- o – o – o

Jonzac

Guide de promenade

 

80 pages

Format "à l'italienne"  22,5 x 13

 

 

En vente au prix de 10 € à l'Office de tourisme de Jonzac, situé place du château

 

- o – o – o -

 

 

(*) La Haute Saintonge

     François Julien-Labruyère, Jean-Louis Neveu

     Editions Le Croît Vif (2007)

       

 Co-auteurs:

Marc Seguin

Paul Fouquet

Gilles Guiral

Isabelle Chaumeton

Jacques Gaillard

Bernard Sarago-Szekeres

Jean Airvaux

Karine Robin

Jean Glénisson

Pierre Sénillou

Jacques Gaillard

François Baffou

Catherine Ménier

Françoise Doutreuwe

Christian Gensbeitel

Jean-Marc Paillé

Francette Joanne

Judith Rapet

Jean-Louis Neveu

Luc Laffargue

Eric Nowak

Roger Pelaud

Odette Faye

Francette Joanne

André Claireau

Jeanine Belot

Jean Bouché

Pierre Nivet

Jean-Claude Humbert

Christophe Métreau

Jacques Rapp

Christiane Massonn

 

 

Classé dans : Haute Saintonge - Mots clés : aucun - aucun commentaire

ALERTE- Montendre: droit de réponse légal refusé !

Rédigé par J-P Négrel - 03 novembre 2016

 

 

!

 

 

- o – o – o -

 

La cagouille libre, c'est bien connu, chemine lentement mais sûrement.

C'est ainsi que, chemin faisant, elle vient de découvrir avec stupeur ICI , en bas de page,une « nouvelle » datant déjà de mars dernier.

Qu'importe la date le fait ne demeure-t-il pas ahurissant ?

Ceci ne donne-t-il pas un aperçu de l'atmosphère très particulière du supposé «dialogue Républicain et Citoyen» qui règne à propos de certains projets en certains lieux ?


 

Ce qui n'apparaît pas dans cette page, c'est que par ailleurs,l'hebdomadaire « La Haute Saintonge » de l'époque a refusé tout net un droit de réponse légal à Mr Fradon, directement et personnellement mis en cause dans un article que cet hebdomadaire a publié, accusant Mr Fradon d'exercer un « Règlement de compte » à l'égard de  la Montendraise municipalité, ce mauvais acte étant évidemment attesté par son très crédible et très illustre nouveau maire-sénateur.


 

- o – o – o -

PRECISIONS IMPORTANTES APPORTEES PAR Mr FRADON

- o – o – o – o – o – o – o – o – o – o – o -- o – o – o – o – o – o – o – o – o – o – o -

 

Monsieur Négrel, je viens de lire votre article du 03 novembre 2016 , intitulé « ALERTE- Montendre: droit de réponse légal refusé ! »   et je ne peux pas rester indifférent à cette publication.

Oui, l’hebdomadaire « La Haute Saintonge » de l’époque avait effectivement refusé un droit de réponse à l'Association pour un service Public à Proximité du citoyen .

D’autre part, il convient de savoir, pour avoir été mis directement et personnellement en cause dans cet encadré, et considérant l'inexactitude des propos du Maire, que j’avais également demandé au journaliste, à titre personnel, le droit de réponse.

A la lecture de cet encadré, un officier d’état civil serait un géomètre ! Non, si je puis me permettre ! Aux travers des inexactitudes le lecteur peut être porté à croire des faits qui ne sont pas : « Les calomniateurs sont comme le feu qui noircit le bois vert, ne pouvant le brûler » disait Voltaire.

- o – o – o -

Courrier adressé au journaliste

- o – o – o -

Dans votre journal du vendredi 25 mars 2016, vous avez publié, dans un encadré, un article intitulé : règlement de comptes ?

Sous prétexte de faire diversion, cet article fait parler le sénateur-maire, et, de sa présentation, le lecteur peut penser que j’ai profité habilement de ma fonction de Maire délégué pour m’enrichir. Drôle de moyen soulevé ! Le sénateur humaniste voudrait-il porter atteinte à ma probité pour défendre un site d’exception ?

Je pourrai sembler ignorer cette provocation, mais ce silence laisserait penser " qui ne dit mot, consent » 

Je vous demande donc instamment de publier ce droit de réponse de façon à rétablir la vérité en exposant un résumé des faits.

Pour présenter la situation, il convient de dire qu’à l’origine et par acquisition de la commune de Montendre, la source de l’Essert est devenue un domaine public. La commune de Montendre avait fait bâtir en son temps la fontaine et elle n’avait jamais contesté la propriété privée l’entourant et appartenant aux aïeux de M. Denis.

C’est pourquoi en 1985, M. Denis, libre de son bien, a décidé de me vendre du terrain aux abords de la fontaine. Nous avons convenu de faire intervenir un homme de l’art indépendant, un géomètre DPLG de surcroit. Nous avons fait confiance au géomètre : La commune n’était pas concernée dans cette affaire.

Je n’ai jamais cherché à acheter ou à m’approprier la fontaine bâtie et cadastrée contrairement aux allégations supposées.

De même qu’il m’avait vendu du terrain, M. Denis a vendu en 1991 à la commune, le terrain jouxtant la fontaine et ma propriété.

En novembre 2001, je n’étais plus Maire délégué, la commune a décidé de confier à un géomètre DPLG le bornage des parcelles. Dans la partie aujourd’hui litigieuse, de nouvelles bornes ont été posées en lieu et place des anciennes, un document d’arpentage a été signé par le représentant du Maire de Montendre confirmant les limites séparatives.

En 2004 la commune n’a pas respecté les dites limites séparatives. J’avais proposé une solution amiable qui n’a pas abouti. La justice a été saisie: le Tribunal Administratif de POITIERS a fait droit à ma requête. La commune a déposé une requête d'appel qui est en cours d'instruction.

Daniel Fradon

- o – o – o -

Ce droit de réponse n'a pas été publié dans l'hebdomadaire

« La Haute Saintonge »


 

- o – o – o – o – o – o – o – o – o – o – o – o – o – o – o – o – o – o – o – o – o -


 

COMMENTAIRE DE LA CAGOUILLE LIBRE :

NOUS SOMMES TOUS EN DROIT DE NOUS POSER CERTAINES QUESTIONS


 

- Sommes-nous certains de l'indépendance et de l'impartialité de la presse locale vis-à-vis des pouvoirs politiques locaux ?

L' hebdomadaire dont il est question bénéficie chaque année de la publication du « VACANCIER » financé par des fonds publics , et qui lui rapporte d'importants subsides

- Au nom de la sacro-sainte Egalité Républicaine, la parole d'un simple citoyen aurait-elle moins de valeur que celle d'un élu, de surcroît parfois mal élu, qui bénéficie lui de l'incroyable privilège d'être cru par avance sur simple parole ?

 

 

?

 

 

 

Classé dans : Articles les plus lus, Société, Montendre, Haute Saintonge, Démocratie, Charente-Maritime - Mots clés : aucun - aucun commentaire

MONTENDRE: à propos du parc des labyrinthes

Rédigé par Daniel Fradon - 31 octobre 2016

 

Monsieur Daniel Fradon nous prie d'insérer cet article publié  sur

le blog de l'ASPPC

(Association pour un Service Public à Proximité du Citoyen).

Blog sur lequel figurent d'autres articles tout aussi intéressants

concernant la vie citoyenne.

 

- o – o – o -

Un projet de «Parc des Labyrinthes» est porté par la Communauté Des Communes de la Haute-Saintonge ( CDCHS )

Il est prévu de le réaliser sur le territoire de la commune de Montendre.

 

Une première enquête publique, préalable au permis d'aménager, s'est déroulée du 11 avril au 13 mai 2016 : Elle était entachée d'un vice de forme.

 

Une seconde s'est déroulée du 4 juillet au 3 août 2016.

Cette dernière enquête nous a permis d'être informé de manière précise sur le projet :

- en mairie, où le public pouvait consulter le dossier,

- sur le site internet de la commune de Montendre ou celui de la CDCHS, où figurait l'étude d'impact.

Bien que Monsieur le Commissaire Enquêteur disposait, après la fin de l'enquête, d'un mois pour remettre ses conclusions, le 11 août 2016, il rendait ses conclusions.

Sur le terrain, le panneau informe le public du permis d'aménager en date du 18 août.


 

Pour avoir relevé des absences dans cette étude d'impact, j'ai écrit mes observations sur le registre prévu à cet effet. Entre autres, la nappe phréatique qui alimentait le réseau d’adduction d’eau potable représente un intérêt patrimonial : L’étude d’impact du projet  en avait-elle mesuré l’incidence ?

 

Souhaitant connaître les réponses et les avis rendus sur les points soulevés, j'ai donc demandé  à Monsieur le Maire de Montendre la copie du rapport d'enquête publique.


 

La collectivité est-elle tenue de garantir la protection du captage ?

Après une lecture attentive de ce rapport concluant sur un avis favorable au permis d'aménager, je suis très surpris des réponses et des avis qui ont été énoncés concernant le captage des eaux souterraines de la Taulette : Pour justifier de la compatibilité de ce projet dans ce périmètre, pourquoi ne pas avoir listé les mesures de protection  de ce captage ?   Sont-elles si contraignantes ?

 

 

Sachant qu’un arrêté préfectoral prescrit pour le captage  de la Taulette un ensemble de mesures de protection et délimite un périmètre de protection étendu à la surface d’eau du lac Baron Desqueyroux, que le projet de Parc des Labyrinthes est compris dans cette étendue, que l’étude d’impact ignore ce captage et les mesures de protection, il me semblait juste de préciser qu’une désaffectation n’était pas un déclassement ! 

 

Si je remercie Monsieur le Commissaire Enquêteur d'avoir constaté que la présence du captage de la Taulette n'était pas mentionnée dans le dossier d'étude d'impact, pourtant volumineux, à l'opposé, il ressort que :

- la CDCHS considère qu'une simple délibération décidant d'une désaffectation soit suffisante pour ne plus respecter les périmètres de protections des captages F2 et F3.

- l'avis de Monsieur le Commissaire Enquêteur s'appuie sur l'arrêté préfectoral AP N°02-3100, alors que cet arrêté n'a pas abrogé le précédent arrêté concernant les dits captage de la Taulette.

Or, comme je l'avais écrit, désaffecté n'est pas déclassé.

Je laisserai aux lecteurs le soin d'analyser la situation, il semble que la réponse apportée à Mme Marie-Jo Zimmermann, puisse nous éclairer sur le sujet .