1er ALTER FORUM DU PTCE-SE DE SAINTES

Rédigé par JF Saunoi - 13 septembre 2017

 
 
P.T.C.E. - S.E. de Saintes (17)
1 e r A l t e r – F o r u m
ESS & «Open Innovation» ou Innovation Ouverte
----------------------------
Notre situation économique locale aggravée par l'urgence climatique, écologique et sociale globale, nous amène à repenser en profondeur nos modèles de développement, d'où l'idée d'Open Innovation ou innovation ouverte.
 
Les modes de vie et d'organisation actuels entraînent un accroissement de l'entropie (mesure du désordre dans un système) atteignant un seuil d'irréversibilité critique. Les crises financières à répétition, le creusement des inégalités sociales, le réchauffement climatique ou les menaces de conflits en sont de tristes illustrations. À l’inverse, l'innovation ouverte bouleverse les pratiques des techno-structures désormais dominées par la finance. Plutôt que de s’élaborer en cercle fermé, l’innovation ouverte, fortement encouragée par le développement du numérique, est le fruit de la convergence entre une pluralité d’acteurs : entreprises, institutions, société civile... L'Économie Sociale et Solidaire (ESS) est directement concernée par ce mouvement de fond remettant en cause les logiques d'exclusion, de compétition, de propriété, d'échange ou de pouvoir.
 
Au lieu de faciliter l'évasion de nos données vers de lointains paradis informationnels (les fameux GAFA), à l'instar des paradis fiscaux, l'innovation ouverte doit nous permettre d'équilibrer les effets de la mondialisation par une économie de proximité, saine, transparente, créatrice de nouvelles formes d'emploi à même de faire reculer les fractures sociales et territoriales qui minent nos sociétés, notre démocratie et notre environnement. La promotion du « low cost » finit par occulter ce que les pauvres apportent aux plus riches. Derrière sa bonne conscience, il est plus simple de faire des autres des boucs-émissaires qu'adopter une stratégie « donnant-donnant ». Pourtant, cette dernière engrange toujours plus de gains pour les individus et la collectivité qu'un comportement égoïste de cavalier seul. Ce théorème largement démontré par un Robert Axelrod ou, plus près de nous, un Michel Adam, rapproche les principes de l'innovation ouverte de ceux de l’innovation sociale :
- éducation, formation, insertion, accompagnement des plus démunis, mixité sociale, solidarité, redistribution, liens intergénérationnels, mobilité, emploi, santé et sécurité, mais
aussi :
- implication des publics concernés, encouragement des initiatives, création d'activités pérennes, élaboration et évaluation collectives des projets, dynamiques de coopération et de mutualisation, hybridation des modèles économiques, amélioration de la gouvernance interpartenariale, ancrage territorial, respect de la nature, exigence d'autonomie, nouveaux modes de consommation, etc.
 
En apprenant à partager, à travailler ensemble, à faire plus avec moins, en créant des alliances d'intérêt général, des communautés en faveur de l'action, bref, en coopérant, l'innovation ouverte nous fera passer d'une abondance prédatrice pour la planète à la "Prospérité sobre" de Tim Jackson ou la "Sobriété heureuse" de Pierre Rabhi et ce, à un "Coût Marginal Zéro" tel que décrit par Jeremy Rifkin, pour une qualité de vie meilleure sur Terre. L'attente dans ce sens devient aujourd'hui considérable, notamment parmi les plus jeunes.
 
Dès lors, peut-on en conclure qu'innovation ouverte et innovation sociale partagent les mêmes finalités ? Dans la pratique, comment l’intelligence collective se mobilise-t-elle sur les territoires ? Pour favoriser la co-construction d'activités nouvelles qui garantissent le bien-être des citoyens et participent au renforcement de l'économie locale, l’innovation sociale peut-elle se passer d’ouverture? Inversement, l’innovation ouverte produit-elle nécessairement du progrès social ?
 
LE PRÉPROGRAMME.
Pour répondre à ces interrogations, les initiateurs du projet de création du Pôle Territorial de Coopération Économique, Sociale et Environnementale (PTCE-SE*) de Saintes (17) vousproposent de participer à leur 1er "Alter'Forum".
 
 
Dans la douceur de vivre de notre ville, riche de ses 2000 ans d'histoire, où coule une Charente désormais apaisée, nous ouvrirons cet "Alter'Forum" sur les innovations et alternatives susceptibles d'offrir de véritables débouchés à notre territoire en vue d'inverser la tendance au déclin économique qu'il subit comme la plupart des zones rurales. Pour cela, nous nous appuierons sur les conclusions de l'étude menée par la CRESS Nouvelle Aquitaine à la demande de la CdA de Saintes.
La soirée sera consacrée à une conférence, un spectacle ou une projection/débat sur le même sujet.
 
Le lendemain matin, après un petit déjeuner d'accueil, nous tenterons d'approfondir les domaines d'actions à développer localement, au sein d'ateliers (Lab Sessions) tels que :
- entrepreneuriat social, finance solidaire et participative ;
- création numérique, services open source, logiciels libres ;
- filière bio en circuits courts, autonomie alimentaire, santé, bien-être ;
- économie circulaire, transition écologique (et solidaire...) ;
- démocratie locale et modes de gouvernance coopérative ;
- valorisation des innovations technologiques, sociales et culturelles,
- réforme de l'Union Européenne et coopération ;
- action humanitaire, solidarité internationale, etc.
 
L'après-midi, nous conclurons nos débats par une série de propositions sur l'écosystème à coconstruire
avec l'ensemble des acteurs désireux de contribuer concrètement au défi de redynamisation de notre territoire. Nous désignerons alors la ou les équipe(s) qui se chargeront de structurer cet écosystème dans la perspective d'un démarrage début 2018.
Enfin, nous nous quitterons sur un au-revoir amical autour d'un cocktail composé de nos spécialités régionales... bio.
 
LE BUT.
Si, comme nous, vous croyez en la nécessité de conjuguer la pensée ET l'action chères à Edgar Morin, y compris localement, venez mener cette réflexion et ce combat à nos côtés.
Grâce à l'innovation ouverte, nous voulons :
- encourager la coopération entre tous les acteurs afin de faciliter leur rapprochement, les sortir de leur isolement, décloisonner les structures, instaurer un climat de confiance réciproque, améliorer la qualité des relations humaines et de la vie en général, favoriser la"néguentropie" défendue par des savants comme Bernard Stiegler, Michel Serres ou Boris Cyrulnik et, par voie de conséquence, transformer, voire "métamorphoser" la société vers moins de domination et plus de participation, moins de passivité et plus de sécurité, moins de surveillance et plus de bienveillance ;
- nous attaquer à la corruption, à la manipulation, à l'indifférence, à la résignation, en montrant qu’il existe de nombreuses opportunités et alternatives créatrices d’activités porteuses d’un monde davantage coopératif et solidaire, aussi bien à l’échelon international qu’au niveau local ;
- communiquer et rendre visible l'ESS, interagir et coopérer en vue d'accompagner et de
pérenniser les projets, les structures et entreprises de l'ESS, ainsi que les entreprises à caractère social, en les faisant entrer dans la société de la connaissance : ingénierie d'amorçage, animation, empowerment, recherche et développement, etc ;
- informer sur l’urgence climatique et la nécessité de baisser rapidement et drastiquement nos émissions de gaz à effet de serre ; sensibiliser aux conséquences dramatiques de la remise en cause d’un accord international sur le climat ambitieux et équitable pour tous comme l'Accord de Paris ; parvenir à l'autonomie alimentaire de notre secteur pour réduire son empreinte carbone et améliorer la santé de ses habitants ;
- appeler ceux-ci à s’engager dans la transition avec un esprit constructif, innovant et humaniste afin de répondre à l’urgence écologique et sociale et rendre à notre territoiretoute son attractivité.
 
LES PORTEURS DU PROJET.
Initié par un premier cercle d'associations locales porteuses du projet de création d'un PTCE-SE* à Saintes, cet "Alter'Forum" se veut l'incarnation de nouvelles formes de coopération innovantes sur notre territoire. Avec le soutien de nos collectivités locales et de divers partenaires de choix, cet événement visera à célébrer dignement le 10ème anniversaire du "Mois de l'ESS" dans notre cité comme partout en France.
Un second cercle d'acteurs locaux viendra compléter ce réseau, eux aussi soucieux de travailler ensemble à l'essor de notre territoire dans toute sa diversité. Nous en établirons la liste dès que nous aurons reçu l'accord de tous.
 
LE FINANCEMENT DU PROJET ET SES CONTREPARTIES.
L'événement d'ampleur que nous voulons organiser, sera ouvert à tous et gratuit. Une participation libre pourra être proposée pour les conférences. Des espaces restauration, librairie, dédicaces, etc. sont prévus, ainsi que des intermèdes artistiques. Que les candidats veuillent bien se faire
connaître par retour de mail.
Sa couverture médiatique sera maximale, y compris sur les réseaux sociaux, et pourra bénéficier à chaque partenaire public ou privé qui y prendra part. Nous leur réserverons un accueil et un espace d'exposition adéquat pour se présenter ou présenter leurs produits. Les associations et toute institution liées à l'ESS sont, bien entendu, les bienvenues.
 
Nous sommes à l'écoute de toutes vos demandes, y compris en matière de sponsoring. Le cas échéant, les dons sans contrepartie pourront être traités au titre du mécénat et ouvrir droit à une réduction fiscale (nous consulter).
 
Nous prévoyons de lancer très rapidement une campagne de financement participatif avec lapossibilité d'offrir des cadeaux aux participants en contrepartie de leurs dons : denrées (bio), livres,
objets, bons d'achat, etc.
 
Là aussi nous attendons vos suggestions.
Nous vous invitons à participer à cet événement, à vous y associer et, dans la mesure de vos possibilités, à contribuer à son organisation.
 
Merci.
JF Saunoi – Rapporteur du projet de PTCE-SE de Saintes - 0660058845

Classé dans : Articles les plus lus, Société, Démocratie, citoyenneté, Saintonge Romane, Charente-Maritime - Mots clés : aucun - aucun commentaire

NOS 3 SENATEURS DU 17 ET LA MORALISATION DE LA VIE PUBLIQUE

Rédigé par J-P Négrel - 10 août 2017

Classé dans : Articles les plus lus, Politique, Charente-Maritime - Mots clés : aucun - 3 commentaires

ALERTE- Montendre: droit de réponse légal refusé !

Rédigé par J-P Négrel - 03 novembre 2016

 

 

!

 

 

- o – o – o -

 

La cagouille libre, c'est bien connu, chemine lentement mais sûrement.

C'est ainsi que, chemin faisant, elle vient de découvrir avec stupeur ICI , en bas de page,une « nouvelle » datant déjà de mars dernier.

Qu'importe la date le fait ne demeure-t-il pas ahurissant ?

Ceci ne donne-t-il pas un aperçu de l'atmosphère très particulière du supposé «dialogue Républicain et Citoyen» qui règne à propos de certains projets en certains lieux ?


 

Ce qui n'apparaît pas dans cette page, c'est que par ailleurs,l'hebdomadaire « La Haute Saintonge » de l'époque a refusé tout net un droit de réponse légal à Mr Fradon, directement et personnellement mis en cause dans un article que cet hebdomadaire a publié, accusant Mr Fradon d'exercer un « Règlement de compte » à l'égard de  la Montendraise municipalité, ce mauvais acte étant évidemment attesté par son très crédible et très illustre nouveau maire-sénateur.


 

- o – o – o -

PRECISIONS IMPORTANTES APPORTEES PAR Mr FRADON

- o – o – o – o – o – o – o – o – o – o – o -- o – o – o – o – o – o – o – o – o – o – o -

 

Monsieur Négrel, je viens de lire votre article du 03 novembre 2016 , intitulé « ALERTE- Montendre: droit de réponse légal refusé ! »   et je ne peux pas rester indifférent à cette publication.

Oui, l’hebdomadaire « La Haute Saintonge » de l’époque avait effectivement refusé un droit de réponse à l'Association pour un service Public à Proximité du citoyen .

D’autre part, il convient de savoir, pour avoir été mis directement et personnellement en cause dans cet encadré, et considérant l'inexactitude des propos du Maire, que j’avais également demandé au journaliste, à titre personnel, le droit de réponse.

A la lecture de cet encadré, un officier d’état civil serait un géomètre ! Non, si je puis me permettre ! Aux travers des inexactitudes le lecteur peut être porté à croire des faits qui ne sont pas : « Les calomniateurs sont comme le feu qui noircit le bois vert, ne pouvant le brûler » disait Voltaire.

- o – o – o -

Courrier adressé au journaliste

- o – o – o -

Dans votre journal du vendredi 25 mars 2016, vous avez publié, dans un encadré, un article intitulé : règlement de comptes ?

Sous prétexte de faire diversion, cet article fait parler le sénateur-maire, et, de sa présentation, le lecteur peut penser que j’ai profité habilement de ma fonction de Maire délégué pour m’enrichir. Drôle de moyen soulevé ! Le sénateur humaniste voudrait-il porter atteinte à ma probité pour défendre un site d’exception ?

Je pourrai sembler ignorer cette provocation, mais ce silence laisserait penser " qui ne dit mot, consent » 

Je vous demande donc instamment de publier ce droit de réponse de façon à rétablir la vérité en exposant un résumé des faits.

Pour présenter la situation, il convient de dire qu’à l’origine et par acquisition de la commune de Montendre, la source de l’Essert est devenue un domaine public. La commune de Montendre avait fait bâtir en son temps la fontaine et elle n’avait jamais contesté la propriété privée l’entourant et appartenant aux aïeux de M. Denis.

C’est pourquoi en 1985, M. Denis, libre de son bien, a décidé de me vendre du terrain aux abords de la fontaine. Nous avons convenu de faire intervenir un homme de l’art indépendant, un géomètre DPLG de surcroit. Nous avons fait confiance au géomètre : La commune n’était pas concernée dans cette affaire.

Je n’ai jamais cherché à acheter ou à m’approprier la fontaine bâtie et cadastrée contrairement aux allégations supposées.

De même qu’il m’avait vendu du terrain, M. Denis a vendu en 1991 à la commune, le terrain jouxtant la fontaine et ma propriété.

En novembre 2001, je n’étais plus Maire délégué, la commune a décidé de confier à un géomètre DPLG le bornage des parcelles. Dans la partie aujourd’hui litigieuse, de nouvelles bornes ont été posées en lieu et place des anciennes, un document d’arpentage a été signé par le représentant du Maire de Montendre confirmant les limites séparatives.

En 2004 la commune n’a pas respecté les dites limites séparatives. J’avais proposé une solution amiable qui n’a pas abouti. La justice a été saisie: le Tribunal Administratif de POITIERS a fait droit à ma requête. La commune a déposé une requête d'appel qui est en cours d'instruction.

Daniel Fradon

- o – o – o -

Ce droit de réponse n'a pas été publié dans l'hebdomadaire

« La Haute Saintonge »


 

- o – o – o – o – o – o – o – o – o – o – o – o – o – o – o – o – o – o – o – o – o -


 

COMMENTAIRE DE LA CAGOUILLE LIBRE :

NOUS SOMMES TOUS EN DROIT DE NOUS POSER CERTAINES QUESTIONS


 

- Sommes-nous certains de l'indépendance et de l'impartialité de la presse locale vis-à-vis des pouvoirs politiques locaux ?

L' hebdomadaire dont il est question bénéficie chaque année de la publication du « VACANCIER » financé par des fonds publics , et qui lui rapporte d'importants subsides

- Au nom de la sacro-sainte Egalité Républicaine, la parole d'un simple citoyen aurait-elle moins de valeur que celle d'un élu, de surcroît parfois mal élu, qui bénéficie lui de l'incroyable privilège d'être cru par avance sur simple parole ?

 

 

?

 

 

 

Classé dans : Articles les plus lus, Société, Montendre, Haute Saintonge, Démocratie, Charente-Maritime - Mots clés : aucun - aucun commentaire

UN SENATEUR DU 17 SOUDAINEMENT APIPHILE

Rédigé par J-P Négrel - 26 mai 2016

-o-o-o-

 

Chers amies et amis cagouillardes et cagouillards, ne cherchez pas ce mot dans le dictionnaire, vous ne le trouverez pas ! Ce néologisme qui, s'il existait, signifierait « qui aime les abeilles ».

 

Il aime...Mais pas trop !

 

C'est avec une surprise non dissimulée que certains viennent de découvrir

 

sur ce blog

 

le revirement soudain d'un sénateur charentais-maritime concernant sa position à propos des néonicotinoïdes tueurs d'abeilles.

 

Mais s'agissant de notre sénateur charentais-maritime Bernard Lalande, il convient quand-même de tempérer cet enthousiasme ! Calmons-nous...Il ne dit pas vraiment un mot de son amour pour la gente des apidés, mais se prononce soudain, d'une manière tout-à-fait inattendue ,

 

pour une interdiction partielle des néonicotinoïdes ...A partir de 2018...

 

Comme certains de ses chers confrères du sénat...Interdiction partielle seulement...Juste de façon à faire disparaître encore quelques milliers de ruches...Jusqu'à quand exactement ? De façon à ne pas prendre le risque de fâcher une partie de son rural électorat jusqu'aux prochaines élections ? Et dans quelles proportions, cette interdiction « partielle » ? Même réponse interrogative que la précédente...

 

Pour mémoire

 

Présentant cette mesure soi-disant «progressiste» comme étant l'oeuvre courageuse du groupe sénatorial auquel il appartient, il regrette que les autres groupes n'aient pas procédé à un vote massif en faveur de la sauvegarde de la biodiversité... «Oubliant » au passage son vote précédent CONTRE l'interdiction des néonicotinoïdes, conjointement avec des sénateurs auxquels il reproche actuellement leur manque d'engagement et leur vote négatif !

 

On trouve la preuve de ce scrutin ICI

 

Mais après tout, n'est-il pas toujours temps de changer...Pour évoluer...Un peu ?

 

-o-o-o-

Amis apiculteurs, amis de la nature, amis des jardins , amis des potagers et des vergers, amis de la santé publique, que pensez-vous de cette décision surprenante de vouloir limiter, de limiter seulement, et ce à partir de 2018 seulement, l'usage des néonicotinoïdes assassins des abeilles  et nocifs pour la santé humaine? Et de limiter dans quelles proportions exactes?

 

 

 

 

Classé dans : Articles les plus lus, Environnement, Politique, Charente-Maritime - Mots clés : aucun - 1 commentaire

NOS SENATEURS DU 17 DANS LE CORAIL

Rédigé par J-P Négrel - 24 mai 2016

 

-o-o-o-

Voici quelques jours, le 12 mai dernier, les sénateurs ont examiné l’amendement adopté par les députés le mois dernier pour proposer l’abolition de la pratique catastrophique du dragage des récifs coralliens .

Ce dragage consiste à racler les coraux au fond de l’océan pour les transformer ensuite en matériaux de construction.

Nos très chères « Elites » sénatoriales ont donc décidé de poursuivre l’autorisation de cette destruction systématique des coraux, en rejetant en bloc l’amendement qui proposait de l'interdire !

Selon le vœu de nos chères « Elites » sénatoriales,des quantités énormes de coraux pourraient donc continuer à être raclées en toute impunité pour devenir du gravier ou du remblais, en détruisant par la même occasion des écosystèmes multiséculaires indispensables à l’équilibre de l’océan et en mettant en péril des milliers d'espèces marines qui en dépendent.

-o-o-o-

Dans les massifs coralliens s'est établi un véritable équilibre symbiotique, dans le cadre d'une biodiversité parmi les plus luxuriantes et productives de la planète. Les récifs coralliens abritent des dizaines de milliers d’espèces appartenant à tous les groupes zoologiques. Poissons, mollusques, crustacés, éponges, coraux, vers... Un exemple de ce que représentent les massifs coralliens dans les DOM-TOM, le récif de la Nouvelle Calédonie. On est en présence dans cette zone de l'un des écosystèmes marins français les plus riches , avec plus de 15.000 espèces répertoriées à ce jour, dont 300 espèces de coraux, 5.500 espèces de mollusques et près de 2.000 espèces de poissons.

Dans les zones océaniques planétaires les plus riches, on peut compter plus de 700 espèces de coraux, plus de 6000 espèces de mollusques et près de 4000 espèces de poissons. Lesquels constituent un apport protéinique important pour les populations riveraines.

-o-o-o-

 

Apparus voici 2,5 milliards d'années, bien établis depuis 50 millions d'années, les récifs coralliens sont menacés par le réchauffement climatique...Et par le scrutin pour le moins étonnant de sénateurs décidément pas vraiment formés à l'écologie...Scrutin qui risquerait de détruire en quelques décennies ce que Dame Nature a mis des milliards d'années à construire ! Fort heureusement, c'est l'Assemblée Nationale qui aura le dernier mot ! Ceci relativise une nouvelle fois l'utilité d'un sénat dont le rôle est de moins en moins apprécié dans l'opinion.

-o-o-o-

Ne serait-il pas urgent d'instituer quelques cours de SVT à l'usage de nos chère « Elites » sénatoriales ? Etant donné le budget considérable que nous leur consacrons déjà, ce ne serait pas un très gros effort budgétaire supplémentaire...Et au moins cet argent là serait vraiment utile !

-o-o-o-

En marge de cette question préoccupante, ne manquez pas d'écouter ou de ré-écouter

les 2 minutes de ce

 

petit billet d'humour

 

(Petite précision : tous les sénateurs ne sont pas des énarques !...Loin de là !)

 

-o-o-o-

 

Connaissez-vous bien les coraux ? Testez vos connaissances en compagnie de votre sénateur(trice) préféré(e) avec ce

QUIZZ


 



 

 

 

 

 

 

 

Classé dans : Articles les plus lus, Environnement, Politique, Charente-Maritime - Mots clés : aucun - aucun commentaire

Fil Rss des articles de cette catégorie

page 1 sur 3 suivante »

Derniers articles


Derniers commentaires


Catégories

Archives

Mots clés