MONTENDRE: A PROPOS...D'AVANT-PROPOS

Rédigé par Montendre pour tous - 29 juin 2014


 

Ci-après, un compte-rendu rédigé le 18 juin par les membres de l'opposition municipale Montendraise, publié sur :

http://montendrepourtous.jimdo.com/

repris sur ce blog et illustré ici par la cagouille de service afin de détendre l'ambiance et l'atmosphère.

Il est tout à fait loisible pour la majorité municipale Montendraise de commenter ici ce compte-rendu

-o-o-o-o-o-o-oo-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-
 

COMPTE RENDU de l’AVANT-PROPOS

du Conseil Municipal de MONTENDRE du 16 juin 2014

 

Bis-repetita à la Mairie de Montendre…


 

1

  Souvenons nous de l’avant-propos du conseil municipal de Montendre qui s’était tenu le 28 avril 2014 !

Le maire de la commune avait interpellé d’une part :

-l’ensemble des conseillers de l’opposition municipale sur leur initiative de transmettre au Juge administratif un moyen juridique consistant à soulever une question.

Le mandat de conseiller municipal de son adjoint, M. Yves POUJADE, est-il compatible avec sa fonction de directeur de l’Etablissement Public Départemental Les 2 monts (3 établissements médico-sociaux à Montendre), Art. L 237 du code électoral ?

et, d’autre part :

-le conseiller d’opposition Christian HAMELIN, en tant qu’ancien fonctionnaire du Ministère de l’Intérieur, soupçonné de placer des micros partout, d’enregistrer les débats et indiscrétions des conseils municipaux et surtout de manigancer un complot contre le directeur de l’EHPAD de Montendre qu’il ne connaissait pas avant le 23 mars dernier !


 

 


 

Mesquin, le maire était encore intervenu le 12 mai en assemblée générale de l’Office du Tourisme. Il s’était opposé à l’élection de l’ancien flic qu’il n’entendait pas voir figurer parmi les membres du conseil d’administration.

Peine perdue !

 

Ce 16 juin, chef d’orchestre de l’action communale, M. Bernard LALANDE n’a pas osé redire qu’il userait de son pouvoir et celui de ses relations pour faire capoter les actions judiciaires engagées.

Soit il lui a été conseillé de se taire pour éviter le désordre soit il s’est forcé à limiter ses tropismes à la veille d’être un éventuel sénateur.

 

Nous avons déposé une autre requête auprès du tribunal administratif de Poitiers pour inéligibilité de M. Ludovic POUJADE aux termes de l’article L231 alinéa 44 du code électoral. Celui-ci, fils de M. Yves POUJADE, élu maire délégué de la commune de Vallet, est animateur social au sein de la structure hospitalière publique dont son père est le directeur.

Cependant, ce lundi 16 juin, avant que les points prévus à l’ordre du jour ne soient examinés, le maire a mis les deux requêtes sur la sellette. Elles ont été partiellement décryptées, en oubliant de citer les moyens de base de l’action judiciaire que sont les articles L237 et L231 alinéa 44, devant un auditoire chloroformé de la majorité municipale, donc, facile à persuader de l’iniquité des requêtes.

Pourtant, cette action est ouverte à tout citoyen qui veut éclaircir un problème de droit administratif. Notre démocratie s’assied sur le principe de liberté publique.

 

2

On ne voit pas au nom de quoi, des individus, à quelque niveau de responsabilité de la vie publique qu’ils se situent, s’affranchiraient d’être soumis au contrôle de leurs actes.

Revenons-en à la séance proprement dite du 16 juin où Mme Marie GRUEL, la tête de liste de l’opposition municipale, a été cavalièrement interpellée sans avoir le droit de répondre.

« Belle leçon de démocratie que vous nous donnez là, mais on a maintenant l’habitude ! » dut-elle se contenter de dire, avant que Bernard Lalande ne lui coupa la parole.

Il continua son décryptage partiel, sortant des mots de leur contexte, reprenant même quelques thèmes éculés, sans rapport avec l’objet des 2 requêtes du genre :

-« Vous êtes des extrémistes » (?)

-on ne sait pourquoi, une référence à « Montoire » ( lieu de la poignée de main de Hitler et de Pétain)

-Notre action serait comparée à des faits de mouchardages à l’instar de ce que fut la « collaboration » (sans doute au Juge administratif) qui ont entraîné la « déportation » de la population française.

 

 


 

M. Christian HAMELIN apprit même qu’il avait « coulé le Rainbow Warrior » ! le maire d’ajouter que lui, « n’avait pas de sang sur les mains ».

Qu’a-t-il alors voulu insinuer ?

Il a même annoncé qu’il ne prendrait pas sa « retraite de maire avant ses 78 ans » !

Pour ça faut-il encore qu’il soit élu maire, n’est-ce pas ?

Et le cumul des mandats alors, il veut rester maire ou devenir sénateur ?

Yves POUJADE prit timidement la parole pour dire qu’il était très affecté par cette procédure qui met en cause son honneur. Il pense à son père qui n’est plus là pour vivre cette calomnie. Il se demande même pourquoi ne pourrions-nous pas « nous en prendre, plus tard, à ses  petits enfants » ?

Quand, au début de son émouvante prise de parole, il déclarait « …je comprends que l’on puisse se poser des questions sur ma place… » ? Ce « on » est redoutable, oui  redoutable de signification ! « on », ce sont les  montendrais ? ou se l’attribue-t-il à lui même ?

M. Yves POUJADE a le sens des affaires puisqu’il réclame 2.500€ de dommages et intérêts.

Dans la mesure où le juge estime recevable notre question M. Yves POUJADE envisage-t-il de rembourser les 100.000€ injustement perçus depuis son investiture ?

Nous n’acceptons pas, nous ne tolérerons pas que soient inversés les rôles. Les montendrais ne manquent pas de réflexion, ils ne sont pas des imbéciles.

L’équipe LALANDE se pose en victime ! Ce sont nous les victimes !

Qui sont les « extrémistes », ces donneurs de leçons arrogants n’acceptent pas d’être remis en cause et nous refusent le droit constitutionnel, inaliénable et imprescriptible de contester et de plaider !

3

Un autre adjoint enchaîna en la personne de Michel LATHIERE, (on est plus fort à dix huit que seul !). Il aboya plutôt, pour dire combien notre posture « extrémiste » est semblable à celle, en son temps, d’Henri LATHIERE ! Le moment était propice pour se colleter avec la conseillère Roseline LATHIERE-JOLY. Le défunt, en d’autres temps, avait été un  guide pour le chef d’édilité actuel qui n’avait, alors, pas entièrement perdu toutes ses dents de lait et terminé sa croissance. Il prit les choses en main avec une telle assurance que l’on sait comment cela s’est terminé !

Nous sommes entourés d’humanistes et leur sensibilité nous émeut !  

Auto-satisfait, le maire mit fin à son exposé qui dura plus longtemps que le temps que l’on consacra ensuite aux questions des montendraises et des montendrais en affirmant que, quelle que soit la décision de la juridiction poitevine, toute la ville de Montendre en entendrait parler.

Crâneur, le maire ne manqua pas de préciser qu’il rendra la cohabitation particulièrement difficile pendant notre mandat. Qu’il se tranquillise, nous sommes robustes, nous tiendrons le choc !

Sereins et inébranlables nous le sommes et attendons patiemment la décision du 2 juillet à Poitiers.

Que faut-il retenir de ce triste spectacle où l’on associe, de manière indécente, la mémoire de martyrs à des envolées lyriques et de piètres et ridicules gesticulations? Pas grand-chose si ce n’est que ces gens-là méconnaissent gravement les pages de notre histoire, qu’ils ont une totale méconnaissance de la géopolitique et qu’ils vivent encore, hélas, au vingtième siècle.

Nous aussi, défenseurs d’une cause noble, sans l’ombre d’un quelconque « extrémisme » nous voulons que nos valeurs républicaines l’emportent sur des valeurs douteuses.

Nous voulons que soit levé le voile de l’incertitude et seule l’option de la Justice peut répondre à nos attentes.

Suffit- il d’avoir le choix pour être libre ?

Nous répondons « oui » car si nous n’avions pas le choix d’en appeler à un Juge nous serions soumis au diktat et au népotisme.

C’était un des sujets du baccalauréat de philosophie 2014 !

 

Les conseillers de l’opposition Municipale  « Montendre pour tous »

 

Montendre, le 18 juin 2014
 

 

Classé dans : Articles les plus lus, Société, Montendre, Démocratie - Mots clés : Démocratie, Municipalité

11 commentaires

mardi 01 juillet 2014 @ 12:35 F. Lebateux a dit : #1

Il déraille complètement, le maire de Montendre !!!
Il devrait se mettre à écrire des romans !!!
Et puis, ses accusations sont quand même très graves !!!
C'est bien ce que je disais pour l'autre article: au PS , ils auraient pu choisir un autre candidat sénateur !!!
Tu parles d'un sénateur, si par malheur il était élu !!!

mardi 01 juillet 2014 @ 17:55 M. Loizaud a dit : #2

Il paraît qu'en plus, la liste où le maire de Montendre est en tête pour les sénatoriales, n'a obtenu qu'un très petit nombre de voix de la part des militants du PS 17.
Qui a des informations à ce sujet ?

vendredi 04 juillet 2014 @ 12:51 interrogatif a dit : #3

User de son pouvoir et celui de ses relations pour faire capoter une action judiciaire engagée, voudrait-il nous faire croire qu'il n'aime pas ester en justice, qu'il serait si puissant que ... !
Depuis qu'il est maire à Montendre, le conseil municipal lui a donné pouvoir pour ester en justice. Il me semble que la commune a payé de nombreuses fois des honoraires d'avocats pour plaider des actions judiciaires. Ses relations lui ont-elles été utiles ? Les procédures se sont-elles déroulées comme il l'espérait et le résultat obtenu a-t-il été au bénéfice de la commune, du contribuable ?

dimanche 06 juillet 2014 @ 09:57 Blanchois a dit : #4

Questions intéressantes posées par ...un interrogatif !
Qui peut fournir des réponses précises ?

dimanche 06 juillet 2014 @ 10:06 Kamarade a dit : #5

Réponse à M. Loizaud
J'avais répondu ailleurs, vous avez certainement lu ma réponse depuis:

84 % n'ont pas approuvé la liste avec le maire de Montendre en tête.
En réalité, ils ne se sont même pas dérangés, car d'après certaines confidences, ils n'ont pas compris la légitimité de cette liste et la façon dont on leur demandait de l'approuver sans autre choix possible !

dimanche 06 juillet 2014 @ 11:09 M. Loizaud a dit : #6

Blanchois, si tu veux bien chercher dans ce site l’article rédigé le 25 février 2014 par J-P Négrel, intitulé "MONTENDRE DEMAIN"...HIER, chapitre - Procès perdus - , tu liras : << Impossible de ne pas évoquer quelques procès engagés ou subis et perdus par la commune, à nouveau aux frais des pauvres contribuables locaux. Par exemple, procès des serres Noël, gagné par le GFA «Domaine de Touvent» (3) , ou celui gagné plus récemment par l'entreprise Thillet (4). Et puis un procès plus ancien engagé par une salariée de la commune pour non-respect de la législation du travail, gagné par la plaignante. Un comble pour un employeur qui se proclame Social , Humaniste, et Promoteur du Progrès ! >>
Les liens 3 et 4 te fourniront déjà une partie de la réponse, l'autre partie devrait pouvoir se trouver dans les procès verbaux des réunions du conseil municipal montendrais où les conseillers ont toujours possibilité de demander au Maire de leur rendre compte, tant sur les frais de procédures que sur les conclusions rendues par les tribunaux.

dimanche 06 juillet 2014 @ 15:52 L'observateur a dit : #7

A propos de procès, j'ai entendu parler d'un procès fait à la commune de Montendre, gagné très récemment par Mr Daniel Fradon.
Qui peut préciser ?

dimanche 06 juillet 2014 @ 19:18 Fradon Daniel a dit : #8

Je visite régulièrement ce site et y écrit quelques articles. Visiteurs, vous voudrez bien comprendre qu'il m'est difficile de ne pas répondre au commentaire de L'observateur. Je vous informerai en vous rapportant le compte-rendu du conseil municipal du 17 février 2014 dans lequel vous pouvez lire, en affaires diverses :
<< Monsieur le Maire rappelle au Conseil Municipal que Monsieur Daniel FRADON avait déposé un recours devant le tribunal administratif de Poitiers demandant l’annulation de la révision simplifiée du PLU pour créer une zone NPV sur le secteur du Terrier Rouge, sur le territoire de la Commune associée de Chardes.
Il donne lecture au Conseil Municipal du jugement que le tribunal a rendu, le 30 janvier 2014 ; Il s’agit d’un jugement d’annulation de cette révision simplifiée au motif que le règlement de la zone ne définissait pas de règles en matière de densité des constructions en contradiction avec les articles R 123-8 et R 123-9 du Code de l’Urbanisme tels qu’ils étaient en vigueur à la date de la révision. >>

Je peux vous déclarer que je n'ai cherché qu'à faire respecter le droit et vous dire que j'avais choisi, dans cette affaire, de ne pas avoir d'avocat pour le faire valoir. La commune avait retenu défenderesse, la SELARL SARFATY ASSOCIES et demandait que soit mis à ma charge, au titre de l'art L.761-1 du code de la justice administrative, une somme de 1500 euros. Les dispositions du même article y ont fait obstacle.

La commune avait le droit de faire appel de ce jugement; Le délai d'appel de 2 mois étant dépassé, le jugement est devenu définitif.
Je vous rappelle que ce second projet de parc photovoltaïque était prévu sur la commune associée de Chardes. Il était porté par EDF EN. i

lundi 07 juillet 2014 @ 10:14 Lobservateur a dit : #9

Merci Monsieur Fradon pour votre action citoyenne qui devrait s'inscrire plus souvent dans le rôle ordinaire de chaque citoyen d'une démocratie ordinaire .

POUR INFORMATION
Ignorant jusqu'à présent ce que signifiait SELARL, je me suis rendu sur le site :
http://www.sarfaty-avocats.com/index.php?module=bio

et y ai lu ceci :

Présentation du cabinet :
Le cabinet s'est adapté à la diversité du Droit et développe tous les secteurs en se groupant en synergie dans les structures d'exercice communes avec d'autres cabinets d'avocats et des spécialistes de professions complémentaires.

Cabinets groupés et les partenaires professionnels :

SELARL LALANDE ET ASSOCIES :
Siège Social de Montendre
3 rue des Boucheries - BP 13 - 17130 MONTENDRE
Tél. 05 46 49 43 83 - Fax 05 46 49 31 14
Email : cabinet.lalande@multiexpert.com

vendredi 08 août 2014 @ 10:23 Kamarade a dit : #10

La municipalité montendraise n'a, semble-t-il rien à déclarer suite à cet article publié voici plus d'1 mois.
Aucun commentaire
Dommage .

mardi 30 juin 2015 @ 16:43 Emile Combes a dit : #11

Eh oui! Il est sénateur (Messire de Sezvintuite, je crois) ! Comme quoi dans ce pays, on peut dire et faire n'importe quoi, cela n'empêche pas l'élite de nos électeurs, les grands, de voter !
C'est tout de même très préoccupant pour notre démocratie.

Écrire un commentaire

Quelle est la deuxième lettre du mot rlgq ? : 

Derniers articles


Derniers commentaires


Catégories

Archives

Mots clés