MESSIEURS LES CENSEURS, BONSOIR !

Rédigé par J-P Négrel - 12 juillet 2004

Autre juridiction, autre procès, autre conclusion… Ce 8 juillet 2004 , B. Lalande a perdu son procès en diffamation contre le mensuel « L’Echo des arènes » , dans lequel avait été inséré un article dont j’étais l’auteur. Quel était l’objet de cette libre expression publiée à la même période dans « La Haute Saintonge » ? J’y décrivais certaines méthodes souterraines utilisées pour étouffer la liberté d’expression d’un homme qui ne faisait que son devoir de citoyen exerçant son droit de libre examen .

 

Cette victoire est très importante pour la liberté de la presse locale. Elle démontre que l’on peut s’y exprimer sans craindre la menace permanente d’un procès. B. Lalande, en vrai démocrate, annoncera-t-il son échec à la faveur d’une nouvelle « information » publiée dans son (notre ?) prochain bulletin municipal ? Et par la même occasion, l’échec du procès dit « des Serres Noël » définitivement perdu voici quelques semaines par la municipalité montendraise ? Echec qui nous coûtera à nous contribuables montendrais quelques milliers d’ Euros …Nous verrons bien .

En attendant, sachant que malgré tout le prix de la liberté c’est le risque accepté, je continuerai, comme à mon habitude, sans prétention, en toute indépendance et sans arrières pensées politiciennes, sans haine et sans crainte, sans céder aux habituelles intimidations, avec humour s’il le faut, ironiquement si nécessaire, à participer modestement au débat républicain, à la recherche de la vérité, apportant ma modeste pierre brute, sans chercher ni à flatter ni à blesser, pour et dans le respect des valeurs de la république. Valeurs que certains brandissent un peu trop facilement pour être complètement sincères. Car il n’y a pas de valeurs républicaines sans l’élémentaire respect de la liberté d’opinion.

Il se trouve que je suis contribuable et électeur à Montendre, village que nous aimons, et qui malheureusement est plongé dans un dangereux déclin économique. Village où mon épouse puise ses racines, anciennes, connues, honorables, et où j’ai de puissants souvenirs. J’ai donc à faire avec l’autorité locale. Cela est largement suffisant. On ne peut pas être partout à la fois. Il faudra bien que cette autoritaire autorité l’intègre définitivement…

Finalement, on peut reprendre aujourd’hui avec plaisir, humour, espoir et joie cette célèbre déclaration : « Messieurs les censeurs, bonsoir ! »

 

Jean-Paul Négrel

Contribuable et électeur à Montendre

 

 

Classé dans : Articles les plus lus, Montendre, Haute Saintonge, archives - Mots clés : Liberté, Démocratie

1 commentaire

samedi 12 octobre 2013 @ 14:17 Champret a dit : #1

Les censeurs sont toujours là !
Et plus que jamais !!!
Le bulletin municipal sert uniquement de propagande pour le maire et son équipe, et c'est le montendrais qui le paye avec ses impôts !!!!
La cagouille nous offre un espace , profitons-en , car là au moins, c'est gratuit!
L'article a été écrit en 2004, et rend perplexe, quand on voit que c'est toujours le même bonhomme qui est là, car l'auteur de l'article n'est certainement pas tout seul à avoir ce genre de problèmes !!!

Écrire un commentaire

Quelle est la dernière lettre du mot psiyf ? : 

Derniers articles


Derniers commentaires


Catégories

Archives

Mots clés