Connaissez-vous des colonies d’abeilles mellifères nichant à l’état sauvage ?

Rédigé par Vincent Albouy - 25 octobre 2017

Connaissez-vous des colonies d’abeilles mellifères nichant à l’état sauvage ?

L’importante mortalité des abeilles mellifères d’élevage occupe et préoccupe les apiculteurs, les scientifiques et les médias depuis une vingtaine d’années. Les raisons avancées pour expliquer cette situation anormale sont variées : parasites, maladies, prédateurs, pesticides, ondes électromagnétiques,appauvrissement des milieux, pratiques apicoles, etc. Le débat fait rage, débordant largement sur la place publique, sans qu’il ait pu être tranché jusqu’à présent.
 
Dans ce débat, portant sur les colonies domestiques élevées par les apiculteurs, on oublie que les abeilles mellifères sont des insectes vivant aussi naturellement à l’état sauvage. Ces colonies sauvages ont elles quasiment disparu, comme l’affirment certains, victimes du varroa, des maladies, du frelon asiatique,seuls des essaims issus de ruches soignées par l’homme réoccupant les sites de nidification pour disparaître presque aussitôt ?
 
Au contraire, se portent-elles mieux comme d’autres l’avancent, soumises à l’impitoyable sélection naturelle mais ne subissant plus de pratiques apicoles néfastes (prélèvements de miel et de pollen,nourrissage au sucre, pesticides distillés au coeur de la colonie pour lutter contre le varroa, utilisation de sous-espèces plus douces ou plus productives mais mal adaptées aux conditions locales…) ?
 
Ou cette mortalité est-elle comparable dans les deux populations, les avantages et les inconvénients de leurs statuts respectifs s’annulant ? La question reste posée.
 
C’est pourquoi l’Office Pour les Insectes et leur Environnement Poitou-Charentes a décidé de lancer en 2018 un suivi de la démographie des colonies d’abeilles mellifères vivant à l’état sauvage qui s’étalera sur 5 ans. Nous souhaitons démarrer cette étude en suivant le plus grand nombre possible de sites de nidification, pour que les statistiques que nous en tirerons soient les plus significatives possibles.
 
Un site de nidification est un endroit occupé, ou qui a été récemment occupé, par une colonie d’abeilles mellifères à l’état sauvage, c’est à dire ne subissant aucune intervention humaine.
 
Le type de site de nidification est indifférent. Il peut s’agir aussi bien de sites naturels comme les arbres creux ou les trous de rocher que de sites artificiels, structures de fabrication humaine comme des nichoirs à oiseaux, des cheminées, des dessous de toit, des cavités dans un mur, des statues ou poteaux électriquescreux, de vieux tonneaux, des ruches abandonnées si elles ont été spontanément colonisées par un essaim,
etc.
 
Nous en avons repéré 43 à ce jour en Charente-Maritime, dont 37 actuellement occupés. Nous faisons appel à vous pour augmenter cette base de départ.
 
Si vous connaissez un ou plusieurs sites de nidification d’abeilles mellifères à l’état sauvage, merci de bien vouloir le(s) signaler auprès de Vincent Albouy, coordinateur de l’étude, soit par courriel (), soit par téléphone (05 46 91 81 13), soit par courrier (OPIE-PC, 13 chemin des Melles, 17350 Annepont). Nous vous ferons parvenir une fiche de signalement à remplir et à nous renvoyer.

Classé dans : Environnement, Ecologie - Mots clés : aucun

Écrire un commentaire

Quelle est la troisième lettre du mot dtxdm ? : 

Derniers articles


Derniers commentaires


Catégories

Archives

Mots clés