CES COPAINS QUI NOUS GOUVERNENT. Ah ! Ca ira, ça ira, ça ira !

Rédigé par J-P Négrel - 11 juillet 2016

 

-o-o-o-

Qui n'a jamais remarqué que depuis des lustres et des lustres, ce sont toujours les mêmes et leur entourage qui, pour nous gouverner se font élire, ré-élire, pistonner, recommander, choyer, promotionner , qui s'arrangent entre "amis" ? Car nous n'avons pas vraiment le choix, étant donné que ce sont aussi toujours les mêmes qui se présentent ! Ou issus du club !

De plus, de récentes affaires montrent à quel point une partie de ce beau monde, minoritaire il est vrai, n'est pas toujours très honnête, et échappe souvent à la justice...

Et que dire de la modestie d'un ancien premier ministre qui n'hésite pas à programmer pour lui-même à l'avance de son vivant, pour ses obsèques, un  émouvant, solennel et officiel hommage national ,  une grande cérémonie du souvenir avec présence et discours  du chef de l'Etat ? On n'est jamais trop prévoyant, n'est-ce pas ?

A chacun(e) de juger des véritables compétences de cette authentique caste politique, et d'estimer si sa gouvernance est à la hauteur  de nos espoirs .

Quoi qu'il en soit, cet état de faits a inspiré à votre cagouille préférée quelques vers ironiques bancales  et boiteux...Aussi bancales et boiteux que notre pauvre république gouvernée par une authentique

OLIGARCHIE

 

-o-o-o-

 

Oligarchie: gouvernement où l'autorité est entre les mains de

quelques personnes ou de quelques familles puissantes.

                                                                                                                                   -Le dictionnaire-

 

 

-o-o-o-

 

Souvent de blanche crinière

Ils ne sont pas nés d'hier.

Du pouvoir, du pouvoir

Encore et toujours en avoir.

Depuis leurs nombreux sièges,

Jouissent de privilèges,

Qu'ils cumulent, accumulent,

Nous prenant pour des mules.

S'attribuant rentes , primes et subventions

Que malgré nous,par nos impôts leur attribuons.

Parfois prétendument élus,

Alors qu'ils sont battus,

Les chiffres une fois bien lus.

Alors, minoritaires,

Il vaut bien mieux le taire.

Et de la démocratie

Maintenir l'avantageuse parodie.

Notre bonne république

Qui souvent sait manier la trique,

Ils nous l'ont bien confisquée

Pour pouvoir bien en profiter.

Pour notre politique engeance,

Bonne et belle gouvernance

Doit plier devant la finance.

Le bel esclavage

Connaît un nouvel âge.

Suffrage universel

Tu ne manques pas de sel.

Quant le sénateur passe,

De toi il se passe,

Et pour toi sénateur,

Ca compte pour du beurre.

Dans nos belles provinces

Tous nous avons nos princesses et nos princes.

Tous ces gens mutuellement se décorent,

Se congratulent encore,

Et encore se commémorent,

Et puis encore s'honorent et se décorent

Car leur place vaut de l'or.

Mieux vaut entre eux faire la fête

Sans souci des étiquettes.

Pour nos très chers barons

Tout tourne bien rond.

Ils adorent les bénévoles

Dont souvent les mérites ils leur volent,

Et dont des sacrifices

Ils tirent pour eux-mêmes bénéfices.

Face à leur magnificence

Et autant de puissance,

Naturel il leur semble.

Que devant eux l'on tremble.

Nous devons surmonter

Pour notre chère liberté.

Pas toujours très modestes

De nous, ils espèrent des gestes.

Ca tombe sous le sens

Ils veulent qu'on les encense.

Et leur plus cher désir,

C'est bien qu'on les admire.

Et leur plus gros problème

C'est qu'ils aiment qu'on les aime.

Tels les matois favoris de la Cour

Qui fidèlement les entourent.

Tous ces gens tirant de nos suffrages

Leurs nombreux avantages.

En cas de malheureux naufrage,

Belle assurance d'un fructueux pantouflage.

Ainsi le temps passe

Et du pouvoir, ils ne se lassent.

Distribuant grâces et disgrâces,

Jamais ne cédant la place,

Car en leurs baronnies

Ils mènent belle vie,

Et ils n'en sont pas las.

Et pendant ce temps là,

Subissant maints problèmes,

Le Peuple devient blême.

Et comme au temps des rois

Peut-être un jour criera :

Ah ça ira, ça ira, ça ira !

 

-o-o-o-

 

Tout ceci, c'est certain

N'est-il pas vraiment vain ?

Car, disons-le pardi

Tous nous irons, c'est dit,

Un jour au paradis.

Et cette belle comédie

Sera bien finie.

-o-o-o-

 

 

Distribution des bonnes grâces et des disgrâces selon le Bon Vouloir

-o-o-o-

Classé dans : Articles les plus lus, Société, Démocratie, Politique - Mots clés : aucun

8 commentaires

mercredi 13 juillet 2016 @ 07:59 Kamarade a dit : #1

Regardez-les ! Ils s'en foutent ! Tu peux toujours écrire ce que tu veux cagouille ! Eux et elles, ils et elles continuent à jouir de leur système ! Vu le nombre de commentaires sur l'article, d'ailleurs, tout le monde a l'air de s'en foutre !
C'est parfait !!!

dimanche 17 juillet 2016 @ 15:46 Saintongeais a dit : #2

C'est tout-à-fait ça !
Le bon peuple qui rame chaque jour et qui lui n'a pas de privilèges, en aura vraiment très marre un jour !
Pourtant, comme le dit Kamarade, il n'y a pas de commentaires, comme si les gens s'en foutaient !!!

mercredi 20 juillet 2016 @ 13:05 La muette a dit : #3

Je ne sais pas quand il en aura vraiment "très marre", ce bon peuple, mais ce doit être dans notre nature d'être très patients! Alors il y a des degrés dans en "en avoir marre"...un peu marre...marre...plutôt marre...beaucoup marre...énormément marre. Le pétage de plomb ça se déclenche à quel moment?
J'attends ce moment avec impatience mais sans anxiété, pour découvrir le visage de ceux qui n'ont pas de privilèges.
Rappelons nous ce que le Général disait au sujet des français dans les années 60...
Alors, jje ne vois pas beaucoup de changement dans les comportements...à moins que je ne me trompe! n'est-ce pas JPN!

samedi 23 juillet 2016 @ 10:28 Pierre Cassignac a dit : #4

Je viens de déposer un commentaire dans le même sens suite à un article paru sur le blog local "Nicole Bertin infos".
On y constate qu'une fois de plus, ils et elles se précipitent tous et toutes à la soupe !

jeudi 04 août 2016 @ 09:46 Saintongeais a dit : #5

Aujourd'hui 4 août !

Ca ne vous rappelle rien ? Abolition des privilèges en 1789 ! L'Assemblée Nationale de l'époque les avait abolis !

L'Assemblée Nationale actuelle va-t-elle abolir ses propres privilèges et ceux des sénateurs, ainsi que ceux des fonctionnaires des deux corps, et ceux des hauts fonctionnaires, des ENARQUES, des pantouflards , et par exemple des ambassadeurs et des fameux "préfets hors cadre" payés à ne RIEN faire ?

TRES IMPROBABLE !

jeudi 04 août 2016 @ 22:35 L'Observateur a dit : #6

A lire absolument: « La caste des 500 » par Yvan Stefanovitch, édité chez J. C.Lattès (2010)

Enquête sur les 500 princes de la politique.

La politique est leur métier. Leur unique métier. Parlementaires de droite ou de gauche, ils forment une caste de nouveaux féodaux qui détiennent dans leur fief des pouvoirs quasi monarchiques et cumulent d’incroyables privilèges.

Condamnés à séduire, ces élus professionnels dont tous les frais (voitures, secrétariat, etc.) sont pris en charge, empochent en outre chaque mois en tant que ministres, sénateurs, députés, eurodéputés, anciens chefs d’Etat ou ex-Premiers ministres des indemnités brutes comprises entre 15 000 et 31 000 euros.

S’appuyant souvent sur le témoignage des intéressés eux-mêmes, cette enquête dénonce le vrai prix de la démocratie de représentation.

Elle met au jour les abus et les dérives, démasque le secret des dynasties de notables et des couples politiques dont l’un va parfois jusqu’à sacrifier ses propres ambitions à la réussite du conjoint ou de la conjointe.

Elle révèle le profil des « traîtres », transfuges d’un bord politique à l’autre. Elle s’emploie à démontrer les effets pervers du cumul des mandats, bête noire de la vie politique depuis plus de trois décennies.

Le record d’abstention, jusqu'à 78 % aux dernières élections partielles, est l’un des symptômes les plus visibles de la désaffection croissante des Français à l’égard de leur classe politique. Les causes en sont multiples, de la confusion des idéologies à l’explosion d’Internet en passant par la peopolisation.

Cette enquête cible en priorité une race de professionnels aguerris qui mène grand train et, garante du système, en exploite tous les avantages.

AH ÇA IRA ! ÇA IRA ! ÇA IRA !

mardi 30 août 2016 @ 11:35 Pierre Cassignac a dit : #7

"La caste des 500" édité chez J. C. Latès en 2010 : ce bouquin montre aussi comment nos princes de la politique se servent pendant que nous ramons !!!

mercredi 20 septembre 2017 @ 17:52 Pierre Cassignac a dit : #8

Rien de changé pour le copinage...même avec ceux qui nous font marcher...En marche !...Et défiler dans les rues !
On case toujours les copains préfets hors cadre, ou au conseil d'état, ou comme ambassadeur sans ambassade réelle, ou au conseil économique social, et environnemental (CESE) !
Autant de planques bien tranquilles et bien payées !
Dont bénéficie largement entre autres copains,notre cher et très bien connu et très social Laurent...celui qui ose dénoncer l'assistanat comme cancer qui ronge la France !!!
Incroyable !

Écrire un commentaire

Quelle est la troisième lettre du mot extk ? : 

Derniers articles


Derniers commentaires


Catégories

Archives

Mots clés