LES FUTURS CONSEILLERS DEPARTEMENTAUX et la nouvelle carte électorale

Rédigé par Daniel Fradon - 23 décembre 2013

Les ruraux sont les laissés-pour-compte dans le monde d'aujourd'hui : des ouvrages, récemment publiés sur ce sujet, l’affirment. Certains élus feignent de s’en rendre compte car, indirectement, ils profitent de cet état de fait et, pour faire diversion, n’hésitent pas à parler d’opposition entre les territoires ruraux et les territoires urbains.

Lorsque leurs collègues plus courageux se rebiffent, au nom de l’intérêt général du monde rural auquel nous appartenons, nous devons leur apporter notre soutien. 

L'organisation du territoire qui a été dessinée présente une nouvelle cartographie électorale : le nombre de communes ou la distance les séparant du futur chef-lieu de canton importe peu, puisque seul le nombre d’électeurs aurait influé pour des raisons de représentativité : "Cette organisation vise à la fois à mettre fin aux disparités démographiques entre cantons d'un même département, en modernisant la carte territoriale des cantons, et à conserver un nombre de conseillers généraux proche de celui d'aujourd'hui, en raison du mode de scrutin binominal proposé"

Reste que les critères d'attribution du statut du nouveau chef-lieu de canton ne sont pas précisés, ce qui promet encore des réussites ridicules,  du genre : j’ai su garder ma commune comme chef-lieu…Les pauvres perdants des cantons supprimés sont ignorés par ceux-là même qui, pendant la campagne électorale, proposeront d’être leurs représentants. 

Pour des questions de représentativité hommes/ femmes, le nouvel article L. 191 du code électoral met donc fin au scrutin majoritaire à deux tours pour l'élection des conseillers généraux au profit d'un scrutin binominal. 

Ainsi, au sein de chaque nouveau canton, serait élu un binôme de candidats de sexe différent. Les deux candidats seraient solidaires l'un de l'autre, au cours des opérations électorales, puis chacun exercerait ensuite son mandat, indépendamment de son colistier. Il permettrait de garantir la parité au sein des futurs conseils départementaux. 

Malgré un effort habituel de nos gouvernants en matière de communication, de promesses, beaucoup de ruraux ont ressenti cette décision comme un mauvais coup à leurs égards. 

Quelques flagorneurs de ce gouvernement sont favorables à ce décret et ironisent le conseiller territorial du précédent ou, fautes d’arguments prétendent que les gens ont d’autres soucis que cette carte territoriale des cantons : Vous les connaissez, ils ne vont tout de même pas scier la branche sur laquelle ils ont réussi à s’asseoir… 

Le nombre de cantons actuels est fortement réduit, mais tous ces binômes d’élus seront indemnisés ! 

       

A l’échelon national, le nombre de cantons actuels n’est pas divisé par 2,  mais correspond, d’après le Sénat, à une diminution de 49,3 % par rapport au nombre actuel de cantons concernés par la réforme, soit 1,4 d’élu de plus sur 100 actuels. Pour le département de la Charente-Maritime, siègent actuellement 51 conseillers généraux  pour 51 cantons. Demain, réduit à 27 cantons, ce seraient 54 conseillers départementaux qui remplaceront les 51 conseillers généraux.

Nous voyons rapidement, pour notre département, que le coût financier de ses nouvelles dispositions peut être évalué à 3 indemnités supplémentaires de conseiller général, soit + 5,8%. La masse salariale de l’entreprise « élus » est en pleine croissance… 

Si, pour représenter un canton, le fait d’élire un et une conseiller départemental devient un progrès, à contrario, n’aurait-il pas été plus simple de laisser la cartographie actuelle de nos cantons pour favoriser et faire vivre une  démocratie de proximité dans nos campagnes ? Un territoire qui n’a plus ses représentants disparaît.

Il me semble que 2 élus devraient représenter chacun de nos cantons actuels. L’ancienne charge de travail du conseiller général serait partagée et justifierait d’attribuer à chacun d’eux une indemnité réduite de moitié à celle initialement versée ! ( 2280 euros : 2 ) Ah…c’est peu ! Nombre de personnes non élues travaillent et gagnent moins encore ! Les Maires, présidents, vice-présidents de ceci et cela, sont indemnisés pour leurs fonctions, à cela viendra s’ajouter cette nouvelle indemnité. Le problème de cette élection et du nouveau découpage électoral ne se situe pas là, s’empresserons  de vous dire les candidats à cette élection, car ils ont leurs raisons d’élus…

Je m’étonne que certains politiques ne soulèvent pas l’avantage flagrant accordé aux plus forts en voix par ce binôme de liste. En effet lors des votes décisionnels du Conseil Général, 2 voix de la même couleur politique pour chaque canton gagné ou perdu creusera l’écart du résultat des votes.

Après débats des décideurs nationaux, le Conseil Général n’est pas en péril, il est toujours là ! Le citoyen de plus en plus taxé avait cru, à tort, que l’Etat devait supprimer certaines de nos collectivités territoriales pour baisser l’impôt ! Quelles collectivités seront visées demain ? 

En attendant, nous avons compris dans ce nouvel exemple, lesquels avaient été choisis : les cantons ruraux ! Mais voyons donc, sans augmenter les impôts et un peu de blabla, la perte de la moitié de nos cantons  devrait satisfaire chaque nouveau conseiller départemental… 

Si le Conseil Général doit continuer d’exister sans entraîner la perte de la moitié de nos cantons ruraux, qui proposera la solution de diminuer l’indemnité de conseiller général par 2, aux seules fins qu’un homme et une femme puissent représenter  librement chacun de nos cantons ruraux ?     

Chaque département, chaque conseiller général, chaque citoyen, peut émettre un avis…. 

 

Daniel Fradon

 

Classé dans : Société - Mots clés : Démocratie - 5 commentaires

TOUT VA TRES BIEN DANS NOS CAMPAGNES

Rédigé par J-P Négrel - 16 décembre 2013

 

 

 

Des esprits chagrins, souvent appelés «écologistes», ou plus familièrement «écolos», dénoncent chaque jour la mise en oeuvre des indéniables progrès techniques qui nous permettent pourtant de vivre une formidable époque moderne !

Vous la connaissez bien à présent, votre cagouille préférée, et, vu votre nombre, chers et très fidèles lectrices et lecteurs, vous l'appréciez certainement. L'étrange et champêtre gastéropode, toujours désintéressé, toujours prompt, dans la mesure de ses très modestes moyens,à combattre l'obscurantisme et l'injustice, ne pouvait rester indifférent face à cette grave question de société.

 

Progrès dus à l'Agrochimie

 

Nos pesticides, plus précisément herbicides, insecticides, fongicides et autres molucides (ceux-là, tout de même, la cagouille s'en méfie un peu...), permettent à nos valeureux cultivateurs d'obtenir des rendements exceptionnels.Tels de preux chevaliers modernes juchés sur leur fiers destriers motorisés,du haut de leurs très hauts tracteurs-pulvérisateurs aux longs bras déployés, ils combattent inlassablement les ennemis de la récolte.

Les terres privées du riche humus du fumier fumant, blessées par l'entaille des labours trop profonds, sont-elles devenues stériles ? Qu'importe ! Les engrais chimiques pallient ce grave problème et viennent au secours de la glèbe autrefois féconde . Il n'est qu'à observer par exemple les coins des champs de maïs, là où l'engrais n'a pu être répandu, pour juger de l'efficacité du traitement . Les pieds de maïs n'y sont-ils pas rachitiques, voire totalement absents ? La démonstration est faite que l'on peut très bien aimer la nature sans pour autant y déverser de malodorants fumiers de toutes origines animales , et sur la composition précise desquels  mieux vaut ne pas s'étendre....

 

Géniaux OGM

 

Depuis des milliards d'années, la nature, cette incroyable ringarde, est restée totalement bloquée sur la barrière génétique des espèces vivantes.Le génie humain étant sans limites, de géniaux chercheurs ont su créer ces merveilleux OGM. Par exemple, en croisant des gènes végétaux et animaux, ils sont parvenus à créer des espèces nouvelles de soja ou de maïs sur lesquels nous pouvons pulvériser abondamment un herbicide persistant car non biodégradable. Et le plus extraordinaire, c'est que là où un vulgaire et antique plant de maïs ou de soja dépérirait instantanément, à présent croissent et embellissent ces précieux végétaux modernisés par de chimiques multinationales très soucieuses de l'avenir de l'Humanité , et certainement du leur. Maïs et soja sont enfin débarrassés des mauvaises herbes, ou de végétaux inutiles tels que coquelicots ou bleuets. N'est-ce point merveilleux une nature aussi bien ordonnée ?

 

Bzzz...

 

D'un autre côté,les abeilles meurent-elles partout par milliards du fait de l'épandage massif de certains pesticides (notamment les fameux néonicotinoïdes !) ? D'abord, tout le monde n'apprécie pas forcément le miel !

 

 

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

 

 

 

Et puis tout ceci crée des emplois !

 

 

Pourquoi ? Eh bien, par exemple, si tout va bien, nous verrons très prochainement, dès le printemps, parmi les arbres et les légumes en fleurs, des armées de travailleurs des champs et des vergers, munis de petits pinceaux, de petites pointes en bois, polliniser consciencieusement  poiriers, pommiers, cerisiers, pruniers, abricotiers,  amandiers, pêchers, légumes-fruits, chatouillant étamines et pistils pour féconder les fleurs femelles, afin de pallier la disparition programmée des abeilles. Sur l'Ile de la Réunion, depuis la découverte à l'âge de 12 ans du génial esclave Edmond Albius, on connaît bien cette technique rendue indispensable par l'absence de l'abeille Melipona. Et ça marche ! Nous trouvons toujours des gousses de vanille bourbon sur le marché !

Quoi de plus sain et épanouissant que ce travail en sympathiques équipes, et qui exige une certaine dextérité, et rapproche les gens ? Activité quelque peu sportive lorsque les branches son hautes. Tout ceci en pleins air, loin des pollutions de la ville...et de celles de la campagne, surtout lorsque les vents sont favorables .

En matière de fruits et légumes, certains Cromagnons rétrogrades et sceptiques qui se méfient encore des progrès de la science agrochimique et des coktails chimiques qu'ils trouvent dans leurs fruits, légumes, et plats préparés, se tournent vers l'agriculture dite biologique et les AMAP. Activités qui elles également créent de nouveaux emplois.

Et puis n'oublions pas. Grâce à l'usage massif de nos merveilleux et très efficaces pesticides, nous pouvons constater l'émergence et la promotion de certaines longues maladies, dont la cagouille ne prononcera pas inutilement le nom afin de ne pas gâcher notre plaisir moderne. Ceci également crée des emplois, et de nombreuses vocations dans la recherche médicale et le traitement de ces longues maladies.

 

Classé dans : Articles les plus lus, Société, Environnement - Mots clés : Environnement - 2 commentaires

LA CAGOUILLE BAVE POUR VOUS

Rédigé par J-P Négrel - 14 décembre 2013

 

Et ben oui ! A présent, la cagouille ne se contente plus de venir tailler une petite bavette avec vous, fidèles lectrices , lecteurs et autres commentateurs locaux , lointains et lointaines, afin que nous nous interrogions modestement tous ensemble sur notre passionnante époque moderne. Comme l'a déjà dit Zézette, l'une de nos fidèles commentatrices, la cagouille bave ! Mais il y a cagouille et cagouille. Et bave et bave ! Dorénavant, la cagouille, Mesdames et Messieurs, bave pour votre beauté. Et en plus, ça se passe en Charente-Maritime ! Et elle en fait des tonnes ! Comme la cagouille ici présente le ferait parfois selon certains. Mais là , il ne s'agit pas de prose, si belle et ciselée soit-elle, mais bel et bien, de bave d'escargot. Ou plutôt de mucus, pour faire plus scientifique. Car, figurez-vous, fidèles lectrices et lecteurs soucieux à juste titre de votre beauté personnelle, ce mucus contient de l'allantoïne, du collagène, et même, figurez-vous, de l'acide glycolique ! Qui l'eût cru ? Et tout ceci est excellent pour la peau, et trouve une application fort intéressante dans les cosmétiques.

Le courageux et astucieux promoteur de cette production locale a certainement du en baver pour arriver à convaincre 650 000 gastéropodes d'en faire autant , grâce à une technique particulière, afin de produire 15 tonnes de bonne bave bien fraîche et commercialisable dès 2014, et 20 tonnes par la suite.

Comme quoi, en France,on a pas de pétrole, mais on a des idées. Et en Charente-Maritime, c'est bien connu, on a des cagouilles.

 

 

-o-o-o-o-o-o-o-oo-o-o-o-o-o-o-o-

 

 

-o-o-o-o-o-o-o-oo-o-o-o-o-o-o-o-

 

LIEN :

empsreel.nouvelobs.com/topnews/20130719.REU8662/la-bave-d-escargots-elixir-de-beaute.html

Classé dans : Articles les plus lus, Société - Mots clés : aucun - aucun commentaire

LES CAHIERS DE L'ESPOIR

Rédigé par J-P Négrel - 12 décembre 2013

 

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-